Bilan

Livre Paris 2016 : succès de la programmation mais fréquentation en baisse

Les rencontres des auteurs avec le public ont fait le plein sur la scène littéraire à Livre Paris 2016 (ici, Dany Laferrière). - Photo OLIVIER DION/LH

Livre Paris 2016 : succès de la programmation mais fréquentation en baisse

La 36e édition du salon Livre Paris, du 17 au 20 mars, a enregistré une baisse de fréquentation d'environ 15 % par rapport à 2015, avec un impact sur le chiffre d'affaires des exposants, mais le "réenchantement" de la programmation de l'événement a séduit les visiteurs.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Leduc,
Créé le 21.03.2016 à 01h01,
Mis à jour le 21.03.2016 à 10h57

Un nouveau nom, une programmation repensée et enrichie, l’apparition de nouveaux espaces thématiques, le retour de la nocturne ou encore une opération hors les murs : c’est sous le signe du renouveau que s’est placée la 36e édition du salon Livre Paris. Cette nouvelle formule n'a pourtant pas pu, malgré un très bon samedi, éviter une baisse de la fréquentation  de 15 % par rapport 2015, où 182 000 visiteurs s’étaient pressés Porte de Versailles. En dépit d'une couverture médiatique "en hausse de 30%", selon le président du Syndicat national de l'édition, Vincent Montagne, l’événement a souffert, comme toutes les autres manifestations, du Salon nautique au Salon de l'agriculture, du climat ouvert par les attentats du 13 novembre et d’un plan Vigipirate renforcé. Il a aussi pâti d’un lancement difficile : jeudi, seuls les scolaires égayaient des allées très modestement achalandées, et la nocturne organisée ce soir là a été unanimement ressentie comme un échec par les exposants. Même Amélie Nothomb, chez Albin Michel, et Marc Lévy, pour Robert Laffont, n’ont pas suffi à attirer le public attendu et ont écourté leurs séances de dédicaces ce soir-là.
 
Succès de la programmation
 
Dès vendredi après-midi cependant les visiteurs, plan en mains et nez levé vers le nouveau grand écran qui diffusait des informations sur la manifestation, ont peu à peu retrouvé le chemin du salon. L’affluence est montée crescendo durant le week-end avec un point d’orgue samedi en fin d’après-midi, où la présence de nombreux politiques et les dédicaces de poids lourds de la littérature ont paralysé la circulation dans le centre de la manifestation.

A côté de la scène littéraire où débats et animations se sont succédés durant quatre jours devant un auditoire toujours très fourni, l’échoppe des Flâneries littéraires a fait carton plein avec 800 inscriptions. Lancée cette année pour accompagner le renouveau du salon, l’initiative proposait au grand public de suivre, le temps d'une balade thématique à travers les stands, douze personnalités du monde du livre. Aurélien Masson, le directeur de la Série noire, a ouvert le bal jeudi devant un nombre de curieux qui n’a cessé de grossir durant tout le parcours, suivi par Thierry Magnier, Emmanuel Pierrat ou encore François Dosse. Seule la flânerie de Jack Lang, qui devait s’articuler autour de la loi de 1981, n’a pas convaincu les visiteurs vendredi. L’ancien ministre de la Culture s’est certes baladé d’éditeur en éditeur, saluant Françoise Nyssen (Actes Sud) ou Dominique Bourgois (Christian Bourgois), mais n’a pas accepté de prendre la parole publiquement.

Autre nouveauté, autre succès, la scène BD a drainé un large public de connaisseurs mais aussi de profanes avec une programmation éclectique comme la thématique de samedi après-midi, "Le dessin peut-il réveiller les citoyens ?", qui a rempli les bancs de l’espace. La programmation du CNL, qui fête cette année ses 70 ans, a elle aussi été largement suivie par les professionnels du secteur qui ont débattu du "Livre de demain", mais aussi par le grand public qui est venu en masse écouter Joann Sfar dimanche en fin d’après-midi.
 
Des dédicaces à foison
 
Si la programmation a été particulièrement suivie pour cette édition, le succès du salon du livre s’est une nouvelle fois articulé autour d’une attraction immuable : les dédicaces. Samedi et dimanche, les éditeurs avaient aligné leurs poids lourds, créant des embouteillages monstres. Entre Grasset et Albin Michel samedi, la cohue régnait tandis qu’Amélie Nothomb, coupe de champagne à la main, d’un côté, et Amin Maalouf, de l’autre, dédicaçaient leurs ouvrages. Chez Allary au même moment, Riad Saatouf prenait le temps de réaliser des dessins personnalisés pour ses fans très nombreux, tandis que Fabrice Luchini (Flammarion), Michel Cymes (Stock) et un peu plus tard Jean d’Ormesson  (Gallimard) faisaient carton plein.

Au Livre de poche, les files ne désemplissaient pas avec la présence notamment de Delphine de Vigan, Katherine Pancol et Bernard Werber. La romance a confirmé qu’elle avait le vent en poupe avec la dédicace chez Harlequin d’Emily Blaine, qui a provoqué une file d’attente si longue qu’elle rejoignait le stand de la Corée du Sud, invitée d’honneur du salon. Près du stand PKJ, les allées avaient des allures de campings peuplés d’adolescents qui attendaient, parfois depuis plusieurs heures, James Dashner, auteur de la trilogie à succès L’Epreuve. Autre phénomène adolescent chez 404 éditions, la youtubeuse Andy qui a écoulé en trois heures de dédicace près de 600 exemplaires de Princesse 2.0.
 
Des professionnels mitigés
 
Malgré une journée de samedi qualifiée par nombre d’éditeurs d’"exceptionnelle", l’ambiance n’était pas à la fête dimanche. De nombreux exposants avaient pressenti la baisse de la fréquentation et donc de leurs recettes. Chez Gallimard, Béatrice Lacoste estime que le chiffre d’affaires devrait s'établir au mieux à - 20 % par rapport à l’année précédente. Même son de cloche chez Flammarion, Glénat ou encore Libella. Si les livres de poche échappent à la baisse des recettes, ainsi que des maisons comme Harlequin, tractés par de grosses signatures, le bilan est plutôt mitigé. En cause le "jeudi noir" qui a amené, selon les éditeurs interrogés, d’énormes manques à gagner et le prix de l’entrée, 12 euros, considéré par tous comme "prohibitif".

"A Bruxelles, l’entrée était gratuite et nous avons réalisé un excellent chiffre d’affaire, le prix du ticket à Paris bloque clairement les choses", estime la responsable du stand Milady qui se désole aussi de la matinée professionnelle de jeudi "où il n’y avait presque personne". Sur ce plan, pour Sabine Wespieser, des éditions du même nom, Livre Paris se solde tout simplement par un "échec". "D’habitude, durant la journée professionnelle, je vois une centaine de libraires, là il n’y en avait qu’une quinzaine", déplore-t-elle. Comme elle, nombreux sont ceux qui se montrent dubitatifs devant le nouvel agenda de la manifestation et souhaitent des réajustements pour la prochaine édition qui se tiendra du 23 au 26 mars 2017.

Commentaires (6)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
l

Olivier

il y a 4 ans à 08 h 20

Habitué de la journée professionnelle du lundi depuis de nombreuses années, le jeudi pro où seulement 2h étaient prévus pour la rencontre avec les éditeurs (de 9h à 11h) ne nous permet pas, loin s'en faut, d'établir tous les contacts, négociations...habituels. Et je ne parle pas du remplacement du lundi par le jeudi qui balaie les libraires de province. Comment ne pas y avoir pensé en amont?


L

Lola

il y a 4 ans à 10 h 06

Baisse également du nombre d'exposants.. L'emplacement réservé aux petits éditeurs l'année dernière (dans un coin près des toilettes, des portes et derrière la Fnac) en a également refroidi plus d'un. N'en déplaisent aux organisateurs, de nombreux visiteurs viennent également pour rencontrer des petits éditeurs indépendants !


c

Cécile

il y a 4 ans à 10 h 16

Honnêtement, la journée professionnelle le jeudi au lieu du lundi, jour traditionnellement fermé (en majorité) pour les bibliothèques et les librairies, déjà ça empêche pas mal de professionnels de venir. Ensuite, quand on n'est pas parisien, on doit choisir son jour de venue et comme on doit s'organiser pour se faire remplacer (cf ci-dessus), la communication en amont, sur internet, de la programmation de la journée doit être au top. Et c'était loin d'être le cas .


c

Cécile

il y a 4 ans à 10 h 20

Je regrette d'avoir découvert la programmation des animations, une fois sur place, en passant devant, et le fléchage orientation/numérotation était mal visible. Mais globalement, j'ai passé une bonne journée intéressante le jeudi.


B

Benoît

il y a 4 ans à 21 h 00

Pourquoi interdire aux lecteurs de venir avec leurs propres livres ? Ou plutôt, n'y a-t-il pas moyen de permettre au lecteurs de faire dédicacer leurs propres livres ? On ne va tout de même pas acheter une deuxième fois un livre déjà lu... Pour le reste, quel dommage que le vendredi soit si terne (peu d'auteurs) quand le samedi est très chargé et on ne sait plus où donner de la tête.


P

Pablo

il y a 4 ans à 23 h 00

C'est délirant de devoir payer pour aller acheter des livres. Ma femme, ma fille et moi avions projeté d'y aller au Salon cette année. Mais payer 36 euros pour voir des livres alors qu'avec cet argent on peut acheter plusieurs livres chez Gibert, c'est tout simplement stupide.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités