Justice

Le procès d’Albert Uderzo contre sa fille renvoyé à 2015

Albert Uderzo en 2009. - Photo © O. DION

Le procès d’Albert Uderzo contre sa fille renvoyé à 2015

Le procès qui oppose le dessinateur d’Astérix à sa fille est renvoyé au 6 janvier prochain.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec afp,
Créé le 03.06.2014 à 16h49,
Mis à jour le 03.06.2014 à 17h00

Le procès intenté par Albert Uderzo contre sa fille et son gendre pour “violences psychologiques” a été renvoyé au 6 janvier 2015. Le tribunal correctionnel de Nanterre estime ne pas avoir en main toutes les pièces du dossier pour se prononcer.

Sylvie Uderzo, la fille unique du cocréateur et dessinateur d’Astérix, a déposé en 2011 une plainte contre X, soupçonnant l’entourage de son père, âgé de 87 ans, d’abus de faiblesse. Une ordonnance de non-lieu a été rendue dans cette affaire, les juges d’instruction mettant en avant “la grande vivacité intellectuelle” et “la mémoire intacte” du dessinateur. Mais Sylvie Uderzo a fait appel de l’ordonnance, appel qui doit être examiné vendredi.

Le tribunal de Nanterre “attend donc la décision de la cour d’appel de Versailles”, a relevé Isabelle Lang-Petitmengin, présidente de la 18e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Albert Uderzo et son épouse Ada, absents à l’audience, avaient annoncé fin 2013 qu’ils portaient plainte contre leur fille et son mari, Bernard de Choisy, coupables à leurs yeux d’intenter une multitude de “procédures judiciaires qui ne reposent sur aucun fondement”. Albert et Ada “sont brisés” par ces actes qui “ne les protègent pas, mais qui les détruisent”, a relevé à l'issue de l’audience Me Jean-Alain Michel, l’un des conseils du dessinateur.

La bataille judiciaire entre le père et la fille dure depuis 2007 lorsque Sylvie et son époux sont remerciés par les éditions Albert René, en charge des albums d’Astérix conçus après le décès de René Goscinny en 1977. En 2008, Albert René a été cédée à Hachette Livre.

“Je ne revendique pas la propriété d’Astérix” mais “souhaite être avec mes enfants sa gardienne morale”, a déclaré à l’AFP Sylvie Uderzo.

Je suis tombée dans la marmite depuis mon enfance, j’ai travaillé pendant 20 ans avec mon père. J’estime être tout à fait légitime pour conserver un droit de regard” sur le personnage, a-t-elle ajouté, assurant que si cela lui était reconnu, elle arrêterait toutes les procédures.

Sylvie Uderzo a notamment dirigé les éditions Albert-René, maison créée en 1979, après la mort de René Goscinny et qui a édité tous les albums du héros Gaulois depuis. La société a été rachetée à 60% par Hachette Livre en 2008, avant que le groupe ne prenne totalement le contrôle, suite au rachat des parts détenues par Sylvie Uderzo.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités