La panthéonisation de Maurice Genevoix repoussée d’un an | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 03.10.2019 à 13h39 (mis à jour le 03.10.2019 à 14h00) Hommage

La panthéonisation de Maurice Genevoix repoussée d’un an

Maurice Genevoix - Photo WIKOS152 - LICENCE CC A-SA 4.0

Les cendres de l’auteur de Ceux de 14 devaient initialement être transférées au Panthéon en novembre prochain, à l’occasion des commémorations de l’armistice de 1918.

L’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix, combattant de la Première Guerre mondiale et auteur de Ceux de 14, paru chez Flammarion en 1950, est retardée d’une année, a annoncé l’Elysée le mercredi 2 octobre. Emmanuel Macron avait décidé en novembre 2018, à l’occasion de son itinérance mémorielle autour de la Grande Guerre, que le poilu serait inhumé le 11 novembre prochain, dans le cadre des commémorations de l’armistice de 1918.
 
L’Elysée souhaite dorénavant "adosser ce transfert au centenaire de l’inhumation du Soldat Inconnu" sous l’Arc de Triomphe. La présidence souhaite ainsi que cette entrée au Panthéon célèbre l’écrivain, mais aussi tous les combattants français qui ont participé à la "sale guerre".
 
Prix Goncourt pour son roman Raboliot (Grasset, 1925) et secrétaire perpétuel de l'Académie française pendant plus de quinze ans (de 1958 à 1973), l'écrivain-poilu a occupé une place de premier plan dans la vie littéraire française du XXe siècle, célébrant "l'invincible espérance des hommes". Mobilisé en août 1914, il est réformé 9 mois plus tard à la suite d’une blessure reçue sur la côte des Eparges. Il consacre les années suivantes à écrire pour témoigner de l’horreur de la guerre.

En 1916, il publie Sous Verdun, un récit dont le réalisme lui vaut d'être largement censuré. Suivront Nuits de guerre (1917), Au seuil des guitounes (1918), La boue (1921) et Les Eparges (1923), tous publiés chez Flammarion et réunis sous le titre Ceux de 14 en 1949. 
close

S’abonner à #La Lettre