La maison de Jean Cocteau rouvre au public | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 29.06.2018 à 16h56 (mis à jour le 29.06.2018 à 17h00) Patrimoine

La maison de Jean Cocteau rouvre au public

Jean Cocteau devant sa maison. - Photo DR

Après plus de six mois de fermeture, la demeure-musée du poète située à Milly-la-Forêt (Essone) ouvre à nouveau au public tous les week-ends à partir du samedi 30 juin.

Fermée depuis six mois, la maison-musée de Jean Cocteau située à Milly-la-Forêt (Essone) ouvre à nouveau au public à partir du samedi 30 juin. Elle accueillera les visiteurs tous les week-ends de cet été jusqu’au 30 septembre 2018.

A la suite du décès de Pierre Bergé le 8 septembre 2017, les héritiers de la Fondation Pierre Bergé et l’association en charge de la maison avaient décidé de ne pas poursuivre le mécénat pour la Maison Jean-Cocteau. Les expositions avaient été annulées et le bâtiment fermé au public dès le mois de décembre 2017. L’ensemble du personnel avait reçu une lettre de licenciement au début de l’année 2018. En février, l’Association Milly avait lancé une pétition adressée à la présidente (LR) de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse et au président du Conseil départemental de l’Essonne François Durovray.

Projet patrimonial

Depuis, la présidente de la Région s’était engagée à "financer le fonctionnement de la maison et les travaux nécessaires à la conservation des œuvres" pour une réouverture dès cet été. La maison du poète est l’un des axes centraux d’un projet patrimonial plus vaste de la Région qui imagine un parcours regroupant également la chapelle Saint-Blaise-des-Simples et la gigantesque sculpture du Cyclop, réalisée dans la forêt de Milly par l’artiste suisse Jean Tinguely en collaboration avec Niki de Saint Phalle.

Rachetée en 2002 par le mécène Pierre Bergé avec la région Ile-de-France et le conseil général de l’Essonne, la maison où vécu le poète de 1947 jusqu’à sa mort en 1963 avait été rénovée à hauteur de 4 millions d’euros de travaux. Inaugurée en 2010, elle abrite les œuvres que l’artiste et écrivain a léguées à ses héritiers: une collection de 500 pièces, principalement constituée de dessins, photos, livres et sculptures à laquelle s’ajoutent des œuvres d’Andy Warhol, Jacque-Emile Blanche ou encore Marie Laurencin prêtées par la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent. Le mécène assumait entièrement les frais de fonctionnement (entre 300000 et 350000 euros) pour un accueil annuel de quelque 10000 visiteurs.
close

S’abonner à #La Lettre