La campagne “Sauvons les livres” battra son plein au Salon de Montréal | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, le 18.11.2013 à 18h42 (mis à jour le 18.11.2013 à 19h00) Québec

La campagne “Sauvons les livres” battra son plein au Salon de Montréal

Alors que le gouvernement québécois n’a toujours pas tiré les conclusions des travaux de la commission parlementaire sur la régulation du prix des livres, les professionnels du secteur prévoient de multiples initiatives du 20 au 25 novembre.

Badges «Sauvons les livres» distribués aux visiteurs, affiches sur tous les stands, 20000 cartes postales offertes aux clients et d’autres actions «gardées secrètes pour l’instant», indique l’un de ses initiateurs… Du 20 au 25 novembre, le 36e Salon du livre de Montréal, qui attend quelque 120000 visiteurs place Bonaventure, fera caisse de résonance à la campagne menée depuis plusieurs mois par l’ensemble des associations d’auteurs, d’éditeurs, de libraires et de bibliothécaires du Québec en faveur d’une régulation du prix du livre dans la province.
 
Lors de la journée professionnelle, vendredi 22 novembre, de 10h30 à 11h45, une table-ronde sur le thème «L’avenir du livre au Québec, innovations et nouvelles pratiques» mettra aussi en lumière les évolutions de la filière avec l’écrivain Simon DesRochers, l’éditeur Simon-Philippe Turcot (La Peuplade), la libraire Laurence Monet (Monet), la bibliothécaire Emilie Paquin (Lachute) et, venu de France, Alban Cerisier, secrétaire général des éditions Gallimard.
 
Après que les actions menées par les associations professionnelles sur le thème «Nos livres à juste prix» ont débouché sur la mise en place d’une commission parlementaire qui a instruit le dossier en août dernier, de multiples initiatives en direction du grand public ont été organisées depuis un mois sur le thème «Sauvons les livres», qui trouveront leur prolongement cette semaine.
 
Espérées pour l’occasion du Salon du livre de Montréal, les décisions gouvernementales tirant les conclusions des travaux de la commission parlementaire ne sont finalement pas à l’ordre du jour du conseil des ministres du mercredi 20 novembre. Toutefois, selon des sources professionnelles, un mémoire aurait été préparé par les services du ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, qui pourrait être déposé au conseil le mercredi suivant et conduire à des mesures concrètes.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre