“Sauvons les livres” maintient la pression sur le gouvernement québécois | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 12.11.2013 à 19h05 (mis à jour le 13.11.2013 à 08h56) Lobbying

“Sauvons les livres” maintient la pression sur le gouvernement québécois

L’opération “Sauvons les livres” dans une librairie québécoise. - Photo SAUVONS LES LIBRAIRIES SUR FACEBOOK

Auteurs et libraires ont manifesté ce matin à Montréal pour réclamer une intervention gouvernementale pour mettre fin à la série de fermetures des librairies indépendantes.

Ce matin à Montréal, devant la Grande Bibliothèque, des membres du collectif Sauvons les livres, une dizaine d’auteurs environ étaient présents, ont réclamé une intervention gouvernementale pour mettre fin à la série de fermetures de librairies indépendantes. Ils ont lu à haute voix un texte revendicatif tandis que des livres sous un linceul étaient disposés sur le trottoir. Cette action s’inscrit dans la foulée du «die-in» des éditeurs et de la journée de deuil observée par une soixantaine de librairies indépendantes à travers le Québec.

Le groupe demande de limiter à 10% les rabais consentis sur les nouveaux livres jusqu'à neuf mois après leur parution afin d'aider les petites librairies face aux grandes surfaces comme Costco.

«Les librairies indépendantes ont besoin des grands titres pour faire un profit suffisant pour survivre et assurer une bibliodiversité sur le marché», a rappelé le porte-parole Tristan Malavoy-Racine dans le journal Metro.

Il faut réglementer le prix des livres, papiers et numériques, ça urge!

Ce mouvement a pris naissance dans plusieurs régions du Québec au moment où le gouvernement de Pauline Marois s'apprête à prendre une décision au sujet du projet de réglementation du prix du livre neuf. Après une étude approfondie en commission parlementaire à la fin de l'été, un large consensus en faveur d'une réglementation s'est dégagé de cette consultation. L'écrivain Dany Laferrière avait expliqué lors de cette commission, le 17 septembre, que «Si une librairie ferme, c’est le cœur d’une ville qui s’arrête».

Sauvons les livres avaient déjà procédé à un geste d'éclat en recouvrant d'un linceul blanc les tables des nouveautés de plus de 60 librairies québécoises le 1er novembre dernier. «Il faut réglementer le prix des livres, papiers et numériques, ça urge!» écrivaient-ils en guise de slogan. Le 5 novembre, les éditeurs avaient pris la parole lors de la conférence de presse du Salon du livre de Montréal.

close

S’abonner à #La Lettre