RNL 2015

Réduire les délais de livraison pour améliorer la performance des libraires

Libraires, distributeurs et transporteurs débatent des enjeux économiques et commerciaux de la distribution. - Photo OLIVIER DION

Réduire les délais de livraison pour améliorer la performance des libraires

Le sixième atelier des Rencontres nationales de la librairie, lundi 22 juin à Lille, a fait se rencontrer libraires, distributeurs et transporteurs autour des enjeux économiques et commerciaux de la distribution.

J’achète l’article 1.50 €

Par Fabrice Piault,
à Lille,
Créé le 22.06.2015 à 11h50,
Mis à jour le 22.06.2015 à 15h35

L’un des plus achalandé des Rencontres nationales de la librairies de Lille, avec plus de 250 participants, lundi 22 juin au matin, le sixième atelier, consacré aux enjeux économiques et commerciaux de la distribution, s’est d’emblée orienté sur la question des délais de livraison, dont la réduction est essentielle pour assurer une bonne réponse des libraires aux demande de leur clientèle
 
Spécialiste de la logistique, Alain Borri, du cabinet BP2R, qui animait l’atelier, a d’abord souligné qu’on assiste en Europe, dans tous les secteurs, à une diminution du chiffre d’affaires par commande, à une accélération des flux et à une augmentation des contraintes de livraison en milieu urbain comme en milieu rural à très faible densité de population.
 
Pour Stéphane Emond, propriétaires de trois librairies aux caractéristiques très différentes à La Rochelle (Les saisons), Niort (Librairie des Halles) et Bessines (Librairie de la Mude), « la question des délais de livraison est devenu cruciale dans la conjoncture actuelle du marché. Ils se sont améliorés d’ici deux ans chez la plupart des distributeurs », estime-t-il, soulignant toutefois que, pour le client,  72h constitue le délai raisonnable à ne pas dépasser.
 
Sous 24h
 
Emmanuelle Robillard (Librairie Mollat, Bordeaux) indique que la plupart des grands distributeurs livrent Mollat « sous 24h ». Mais si elle incite les petits libraires à utiliser les services 24/24, elle note que, pour les grandes librairies, la multiplication des petites livraisons et des petits colis « renchérit sensiblement les coûts de traitement ».
 
Egalement présidente de la Commission de liaison interprofessionnelle du livre (Clil), Emmanuelle Robillard invite les libraires à suivre en ligne sur le site de la plateforme collective de transport Prisme le trajet de leurs colis afin d’identifier les nœuds sur lesquels il serait possible d’agir pour réduire les délais de livraison.
 
Le directeur de Prisme, Bouchaïb Moudakir, confirme que, en vingt ans, le poids moyen par commande n’a cessé de diminuer, de 10 à 9 kilos, induisant une multiplication des petits colis. « Nous devons nous adapter tous ensemble à cette réalité, de même qu’à la saisonnalité variable des flux », a-t-il plaidé.
 
Réduire les coûts
 
Le P-DG des Transports Besson, Michel Besson, note de son côté que « la fragmentation des commandes est un phénomène qui n’est pas propre à la librairie et qu’on retrouve dans les autres secteurs économiques. Ce qui nous inquiète le plus, avec la raréfaction de l’offre en transport, c’est la raréfaction des moyens de traction », ajoute-t-il,
 
Le directeur général distribution d’Interforum, Jean-Paul Alic, vice-président de la Clil, indique que cette dernière a lancé un appel d’offres pour trouver de nouveaux transporteurs, « en prenant en compte l’émergence de nouveaux transporteurs en région ». « La puissance de négociation de la Clil permet de réduire les coûts de transport au bénéfice des libraires », rappelle pour sa part le directeur général d’Union Distribution (UD), Dominique Wettstein.
 
Jean-Paul Alic annonce aussi que « les services de livraison de nuit sont désormais opérationnels à Paris. Nous pensons qu’ils pourront encore se développer, notamment en province », ajoute-t-il. Michel Besson précise que « l’augmentation des livraisons nocturnes, qui alourdit les coûts, n’a de sens que pour les librairies situées à une distance raisonnable des centres de distribution ».
 
Mutualisation
 
La mutualisation joue un rôle majeur pour répondre aux enjeux du transport et de la réduction des délais de livraison, rappelle Alain Borri.  A ce propos, « la qualité de service de Prisme est unanimement reconnue et saluée », se félicite Jean-Paul Alic.
 
Bouchaïb Moudakir signale que 85 % des commandes de Prisme sont livrées en 24h, ajoutant que « si Prisme n’existait pas, les coûts de transport seraient trois fois supérieurs ». Pour le directeur de Prisme, qui rappelle que le degré de mutualisation incarné par Prisme est unique en France, tous secteurs économiques confondus, l’ouverture de la plateforme à d’autres produits culturels pourrait être un moyen de la pérenniser en maîtrisant ses coûts. Prisme, doit aussi déménager prochainement de son site de la porte de Bercy, à Paris, pour la périphérie sud-est de la capitale, ce qui lui permettra de se rapprocher des remettants.
 
Depuis la salle, plusieurs libraires sont revenus sur certaines des questions évoquées ou en ont soulevé de nouvelles. Répondant à une question d’un libraire de Vivement dimanche (Lyon), Bouchaïb Moudakir confirme qu’il a toujours été convenu que Prisme facture 1 kilo tous les colis inférieurs à ce poids, dont le coût de traitement est élevé.
 
Une libraire du Gard note par ailleurs que pour les petites librairies, obligées de grouper leurs commandes pour des raisons de coût, le délai de 72h est souvent largement dépassé. Cette difficulté est également abordée par une libraire de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence).

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
A

Anna Achilleos

il y a 5 ans à 11 h 53

Est-ce que quelqu'un se fait un peu de souci au niveau des librairies FRANCAISES a l'etranger? et leurs insurmontables problemes d'expedition ? L'indifference des grands editeurs / diffuseurs dans ces cas particuliers ? Un appel d'offres devrait etre fait pour ces librairies a l'etranger aussi et donner des options sans vouloir imposer un transporteur avec lequel le diffuseur se fait des accords speciaux (alors qu'eux ne payent rien et c'est le libraire qui subit tous les frais). Est-il normal de devoir augmenter les prix des livres de 20 % ou 25% ? Les clients ne veulent pas payer et les ventes baissent. Y a-t-il quelqu'un qui s'occupe REELLEMENT de ce problème ?


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités