Les bibliothécaires parisiens en grève le 17 décembre | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 17.11.2016 à 18h22 (mis à jour le 18.11.2016 à 10h33) Mouvement social

Les bibliothécaires parisiens en grève le 17 décembre

La médiathèque Hélène-Berr, Paris. - Photo OLIVIER DION

Cette action, décidée lors de l’Assemblée générale organisée par l’intersyndicale des bibliothécaires parisiens, jeudi 17 novembre, a pour objectif de protester contre l’insuffisance des moyens attribués aux bibliothèques, notamment celles qui devront passer à l'ouverture le dimanche en 2017.  
 

Certaines bibliothèques municipales parisiennes devraient rester fermées samedi 17 décembre en raison d’un appel à la grève. Ce mouvement social a été décidé jeudi 17 novembre lors de l’assemblée générale organisée par l’intersyndicale (CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) et qui a rassemblé plus d’une centaine de salariés.
 
Le mécontentement gronde depuis plusieurs semaines déjà parmi les personnels des bibliothèques de la capitale. La décision de la mairie d’ouvrir 6 bibliothèques supplémentaires le dimanche d’ici à 2019 cristallise les revendications. La première sur la liste est la médiathèque Hélène Berr, dans le 12e arrondissement, dont l’ouverture dominicale est prévue à partir du 22 janvier 2017. Mais certains salariés, dont une quinzaine sur les 34 agents de l’équipe avait fait le déplacement à l’assemblée générale, dénoncent l’insuffisance des moyens humains qui leur ont été accordés. "Nous avons obtenu 3 postes de titulaires sur les 5 demandés, mais en réalité cela correspond à un seul agent supplémentaire car les deux autres postes viennent seulement compenser des temps partiels, a expliqué lors de l’assemblée générale une salariée. Nous avons le sentiment de ne pas avoir été entendus".

Plusieurs agents parisiens ont pris successivement la parole pour témoigner de la situation dans leurs établissements respectifs, mettant en lumière la diversité des positions concernant l’ouverture dominicale. A la médiathèque Aimé Césaire, dans le 14e arrondissement, l’équipe y est globalement favorable. "Nous pensons que ce sera bénéfique pour le quartier et que nous attirerons du monde, explique une bibliothécaire. Mais nous nous battrons pour que cela se fasse dans de bonnes conditions".

Prime et jour de récupération

Marie-Claude Semel, déléguée syndicale SUPAP-FSU, a de son côté exprimé clairement un désaccord de fond. "Dans les conditions actuelles, cela ne peut se faire que contre les personnels, contre nos statuts et contre nos conditions de travail", a avancé la déléguée.
 
Contactée par Livres Hebdo, la mairie ne cache pas son étonnement, voire son agacement, face à certains reproches formulés par les personnels ou leurs représentants. "Ce plan d’ouverture correspond à un grand engagement de campagne de la maire, annoncé dès 2014, rappelle notre interlocuteur. L’objectif est d’ouvrir une bibliothèque le dimanche par grands bassins de population afin que les Parisiens puissent profiter de ce service public. Chaque site pressenti a fait l’objet d’un état des lieux préalable afin de définir les conditions nécessaires, notamment en terme d’agents titulaires et contractuels. Les représentants des personnels ont été consultés à chaque fois, notamment dans le cadre des réunions de CHSCT. Beaucoup d’éléments ont été construits dans la concertation et les conditions sont bonnes : une prime de 100 euros bruts et un jour entier de récupération pour 5h30 travaillées par dimanche".
 
La grève du 17 décembre a été programmée la semaine de la réouverture après travaux de la bibliothèque Parmentier, dans le 11e arrondissement. Une manifestation se tiendra le matin devant cet équipement, puis une autre l’après-midi devant la médiathèque Hélène Berr. L’intersyndicale a ensuite prévu de déposer un préavis de grève tous les dimanches pour la médiathèque Hélène Berr à partir du 22 janvier, date de la première ouverture dominicale.
 
Bertrand Piéri, délégué syndical de la CGT, tient à préciser que ce mouvement social porte sur des revendications plus larges que celles concernant les moyens attribués aux bibliothèques pour l'ouverture du dimanche. "Nous voulons alerter sur les effectifs, sur les budgets d’acquisition qui se réduisent dramatiquement, sur les primes pour les agents des bibliothèques qui sont parmi les plus basses attribuées aux personnels de la Ville de Paris", a précisé le délégué à Livres Hebdo.
 
close

S’abonner à #La Lettre