Isère

A Grenoble, les bibliothécaires se mobilisent contre les fermetures

Photo DR

A Grenoble, les bibliothécaires se mobilisent contre les fermetures

Alors que la municipalité a fermé deux bibliothèques de quartier et prévoit d'en fermer une troisième, les employés du réseau grenoblois se mobilisent pour faire entendre leurs voix.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 19.10.2016 à 17h31,
Mis à jour le 19.10.2016 à 18h00

Contre les fermetures de bibliothèques à Grenoble, l'ensemble des employés du réseau reste "mobilisés, révoltés et scandalisés". Après avoir appris, en juin dernier, la fermeture quasi immédiate de deux bibliothèques de quartiers et la fermeture prochaine d'une troisième, ils multiplient les grèves et les actions de mobilisation. "Cette annonce a été un coup de massue", explique à Livres Hebdo Stéphanie Grandchamp, une employée du réseau des bibliothèques grenobloises. "Depuis, nous ne lâchons rien". 

Sur "bibliothécaires de Grenoble en lutte", une page Facebook réunissant 700 personnes, les employés relaient ainsi leurs actions: votation symbolique, grèves, distribution de tracts, vente de tuiles décorées de slogans (un clin d'œil à un épisode historique de la Révolution française à Grenoble)... Une manifestation a ainsi eu lieu samedi 15 octobre et une autre est prévue dans la soirée du 19 octobre. 
 

Pour l'instant les bibliothécaires, accompagnés des riverains, n'ont "abouti à rien, pas même une possibilité de négociations", explique Stéphanie Grandchamp. Leur colère est d'autant plus grande qu'ils n'avaient à aucun moment été concertés lors de l'annonce des fermetures, qui provoquent la perte de 14 emplois (sur un total de 198 employés et de 14 bibliothèques).

La localisation et l'importance des deux établissements de quartiers concernées, Hauquelin et Prémol, situées dans des quartiers populaires de Grenoble, ajoutent au mécontentement général. "La fermeture des bibliothèques y laisse concrètement plus de place aux dealers", explique un employé du réseau. 

14 millions d'euros d'économie

La Ville de Grenoble justifie de son côté les fermetures par une contrainte d'économie. Son "Plan de sauvegarde des services publics locaux" devrait lui permettre de réduire son budget de 14 millions d’euros.
 
Comme l’ensemble des villes de France, Grenoble doit faire face à une baisse des dotations de l’Etat qui s’élève pour elle à 17 millions d’euros pour la période 2013-2017. Le budget alloué aux trois bibliothèques sera récupéré par la mairie, mais le reste du budget du réseau de lecture publique (8,3 millions d’euros dont 7,4 consacrés à la masse salariale actuellement) sera maintenu, affirmait à Livres Hebdo Corinne Bernard, maire adjointe Cultures, qui met en avant les nombreux projets prévus par ailleurs pour les bibliothèques. "Nous sommes dans une démarche globale d’évolution du réseau, et pas seulement dans un contexte de fermeture".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités