Dominique Noguez, Prix Femina et juré du prix Décembre, est mort | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 15.03.2019 à 14h36 (mis à jour le 15.03.2019 à 15h00) Disparition

Dominique Noguez, Prix Femina et juré du prix Décembre, est mort

Dominique Noguez - Photo ASTRID DI CROLLALANZA

Membre du jury du prix Décembre et du prix Fémina, couronné par l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre, qui allait de l'humour aux romans, des essais sur le cinéma à ceux sur Marguerite Duras, Dominique Noguez s'est éteint à l'âge de 76 ans.

Le romancier Dominique Noguez, lauréat du prix Femina en 1997, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi dans un hôpital parisien à l'âge de 76 ans, a-t-on appris auprès de son éditeur.
Écrivain sensible, spécialiste du cinéma expérimental, Dominique Noguez fut notamment le découvreur littéraire de Michel Houellebecq.
 
Né le 12 septembre 1942, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, ardent défenseur de la francophonie, Dominique Noguez est l'auteur d'une œuvre protéiforme.

Du cinéma expérimental aux aphorismes en passant par Marguerite Duras
 
Réalisateur de trois courts-métrages expérimentaux, il a écrit de nombreux essais sur le cinéma - Essais sur le cinéma québécois (Les éditions du jour, 1970), Eloge du cinéma expérimental (Centre Pompidou, 1979), Une renaissance du cinéma: le cinéma "underground" américain (Méridien-Klincksieck, 1985)… - et d’essais littéraires aux sujets variés: Les Trois Rimbaud (Minuit, 1986), Lénine dada (Robert Laffont, 1989), La Colonisation douce – Feu la langue française? (Le Rocher, 1991), Je n'ai rien vu à Kyoto – Notes japonaises (1983-1996) chez le même éditeur en 1997, Cadeaux de Noël (Zulma, 1998, grand prix de l'Humour noir), Duras Marguerite (Flammarion, 2001),  Comment rater complètement sa vie (Payot, 2002), La Véritable Histoire du football & autres révélations (Gallimard, 2006), Duras, toujours (Actes sud, 2009), Montaigne au bordel & autres surprises (Maurice Nadeau, 2011).
 
Le titre de son ultime ouvrage qui vient de paraître chez Albin Michel reflétait bien son humour et son amour des mots, Encore une citation, monsieur le bourreau!, une sélection d'aphorismes, philosophiques, drôles ou graves, de personnalités de toutes les époques.

Un romancier récompensé

Dominique Noguez a également écrit 9 romans dont Amour noir (Gallimard) couronné en 1997 par le prix Fémina. Son premier roman était paru chez Robert Laffont en 1981 (M&R), qui a aussi publié Les derniers jours du monde, adapté au cinéma en 2009 par les frères Larrieu.
 
Il a reçu le Prix Roger Nimier en 1995 avec Les martagons (Gallimard). Flammarion a publié ses deux dernières fictions: Une année qui commence bien, un récit autobiographique (2013) qui a reçu le prix Jean-Jacques Rousseau, et L’interruption (2018), récit d'une tentative de candidature au Collège de France, ce livre étincelant, cérébral et plein d'humour restera comme un véritable ovni littéraire avec des conversations affûtées, du sexe, des dîners, de l’enthousiasme, de la mélancolie et une surprise finale.

Une ultime polémique
 
Membre du jury du prix Décembre, Dominique Noguez écrivait qu'"il est temps que les jurys des principaux prix prennent acte de l’existence d’une branche de plus en plus florissante de l’arbre littéraire" qu'on appelle "l'autofiction". Il plaidait pour "reconnaître l’unité de la littérature et l’égalité des chefs-d’œuvre, quelle que soit la dose d’imagination qu’ils comportent".
 
Une de ses dernières interventions publiques remonte à décembre dernier quand il avait regretté, dans une tribune au Monde, que les académiciens Goncourt n’aient pas couronné Le Lambeau, de Philippe Lançon, au motif que ce livre n’est pas un roman.
 
Dominique Noguez avait été récompensé en 2018 par le prix de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.
close

S’abonner à #La Lettre