Liberté d'expression

Deux lauréats turcs pour le Prix Voltaire 2017

Turhan Günay

Deux lauréats turcs pour le Prix Voltaire 2017

Le journaliste, éditeur et rédacteur en chef du supplément livre du quotidien Cumhuriyet Turhan Günay et la maison d'édition Evrensel sont les lauréats du Prix Voltaire 2017 remis par l'Union internationale des Editeurs, qui veut ainsi souligner le courage des professionnels du secteur du Livre dans un pays où médias, écrivains et éditeurs sont muselés.

Par Vincy Thomas,
Créé le 03.08.2017 à 13h35,
Mis à jour le 03.08.2017 à 14h00

Cette année, il était difficile pour l'Union internationale des éditeurs (UIE) de ne pas décerner son Prix Voltaire pour la liberté de publier à une personnalité turque. Depuis un an, le régime de Recep Tayyip Erdogan, en réponse à un Coup d'Etat manqué durant l'été 2016, interdit d'exercer voire emprisonne auteurs, journalistes, professeurs, éditeurs...

Le Prix Voltaire 2017 revient au journaliste et éditeur Turhan Günay et à la maison d'édition Evrensel. Ce prix conjoint souligne leur courage dans le contexte actuel. Il récompense d'un côté les médias opprimés et de l'autre les éditeurs empêchés. 

Turhan Günay, 72 ans, est éditeur chez Cumhuriyet Books, la filiale du journal turc Cumhuriyet. Il est par ailleurs critique littéraire et rédacteur en chef du supplément livre du quotidien depuis 1985. Lui et dix autres de ses collègues, dont le caricaturiste Musa Kart, ont été arrêtés le 31 octobre 2016 et ont déjà purgé une peine de 9 mois en prison en attendant leur procès, qui a débuté le 24 juillet. Günay et sept autres accusés ont été relâchés, en liberté provisoire, le 28 juillet, en attendant leur verdict fixé au 11 septembre. Pour l'écrivaine Asli Erdogan, elle-même arrêtée puis remise en liberté 132 jours plus tard, cette décision de justice confirme "l'arbitraire qui sévit" en Turquie.

Les quatre collaborateurs de Cumhuriyet toujours détenus sont le chroniqueur Kadri Gürsel, le journaliste d'investigation Ahmet Sik, le rédacteur en chef Murat Sabuncu et le patron du journal Akin Atalay. Tous ont été jugés, entre autres, pour avoir aidé diverses "organisations terroristes armées". Ils risquent jusqu'à 43 ans de prison. 

A Turhan Günay, lors de son procès, on lui avait notamment demandé quels étaient les critères pour qu'un livre soit mentionné dans son supplément littéraire. Il avait répondu avec impertinence: "En premier lieu et avant tout, une grammaire correcte est exigée pour qu'un livre soit critiqué."

L'UIE a également décidé de récompenser la maison d'édition Evrensel, dont le catalogue comprend des livres en turc, kurde, arménien, assyrien et arabe. La maison a été fermée par les autorités, à cause de ses liens avec le groupe de presse Doga Basin Yayin, qui publie aussi le magazine culturel Evrensel Kültur. Tous les avoirs du groupe ont été gelés et les biens saisis. La maison d'édition Evrensel a été fondé en 1988 et a publié plus de 700 ouvrages (romans, essais, jeunesse).

Avec ce double prix, l'organisation veut rappeler la situation délicate du secteur de l'édition en Turquie, sévèrement entravé. "Nous choisissons de reconnaître l'immense courage des éditeurs turcs qui ose continuer à travailler en dépit des grands risques encourus" précise Kristenn Einarsson, directeur du comité Liberté de publier. L'UIE se désole d'ailleurs des conséquences de la politique du gouvernement turc: des centaines de professionnels sont sans travail et le secteur du livre s'appauvrit mois après mois.

Les deux prix seront remis à la Foire du livre de Göteborg le 29 septembre. Cette année, les éditions du Seuil et le belge Librius sont parmi les sponsors de cette récompense annuelle.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités