5/8 Midam: "Ma bibliothèque idéale, c’est un peu celle du Nom de la rose" | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 04.05.2018 à 15h53 (mis à jour le 04.05.2018 à 16h00) Les 8 stars en bibliothèque

5/8 Midam: "Ma bibliothèque idéale, c’est un peu celle du Nom de la rose"

Midam - Photo EDOUARD JANSSENS

L’auteur des bandes dessinées Kid Paddle et Game Over (Glénat) se classe 5e au palmarès général des auteurs plus empruntés en bibliothèque.

2018 marque les 25 ans de la naissance de Kid Paddle dans le magazine Spirou. Son créateur, Michel Ledent, alias Midam, fait partie des auteurs les plus empruntés en bibliothèque, en 5e place du palmarès 2018, avec 49000 prêts (contre 30957 en 2017 et 27000 en 2016). "Ça m’a étonné d’être dans le classement. Il semblerait qu’il y a des BD qui se louent et d’autres qui s’achètent", déclare l’auteur belge à Livres Hebdo.
 
"Je n’ai jamais mis les pieds dans une bibliothèque. A Bruxelles, ce n’était pas quelque chose qui se faisait, je ne sais même pas où il y en a", poursuit-il, à l’image de son personnage qui préfère une bonne bataille contre les monstres, les fameux Blorks, dans ses jeux vidéo. "Ma bibliothèque idéale est un peu celle du Nom de la rose", assure Midam pour qui l’image d’Epinal de la bibliothèque demeure celle d’un monument "dépositaire de la mémoire du monde", telle l’antique bibliothèque d’Alexandrie, ou la British Library de Londres: "Je pense à ces bibliothèques où il y a des cache-poussière gris, un type aux grosses lunettes, où on lit des incunables avec les gants. Un mélange des univers de Spielberg et de Tolkien, et une ambiance feutrée avec seulement le bruit des feuilles."
 
Au désespoir de son père, Kid préfère la figurine du sergent dégueulis à un livre de philosophie - Photo MIDAM
Depuis la création du personnage du Kid dans la rubrique "jeux vidéo" du magazine Spirou en 1993, puis le premier tome sorti en 1996 chez Dupuis, l’univers de Kid Paddle a conquis des millions de lecteurs et s’est étendu à des centaines de produits dérivés (magazine, adaptations en dessins animés, vêtements, jeux, figurines, jouets, papeteries, etc.). Au point qu’au début des années 2000, l’auteur fonde avec son épouse Araceli Cancino la société Midam Productions avant de s’associer à Dimitri Kennes, l’ancien directeur général de Dupuis, pour créer Mad Fabrik en 2010. Quatre ans plus tard, la structure qui gère les droits dérivés et édite les albums de Kid Paddle et de Game Over (spin-off des aventures de l’avatar virtuel du Kid lancé en 2004) est rachetée par Glénat.

Une banque de 17000 gags
 
Face à la popularité du Kid, puis de l’attrait suscité par les gags muets du Petit Barbare de Game Over, Midam a lancé en 2008 le site Game Over Forever destiné à la collecte de scénarios pour sa série. "N’importe qui peut m’envoyer une idée. Ce qui fait que j’ai une banque inépuisable de gags, explique-t-il. C’est évidemment rarissime que l’idée fonctionne telle quelle, mais en la retravaillant ça marche. Et pour des raisons pratiques, on donne un forfait de 400€." En 10 ans, le site a collecté près de 17000 scénarios, dont certains sont parfois signés par des auteurs adolescents. "Ce a quoi je n’avais pas pensé mais qui marche: c’est le côté ambassadeur. Ça crée un mini-événement, et ça marche très bien", ajoute l’auteur qui vient de terminer la couverture du 17e tome de Game Over, intitulé Dark Web, à paraître en octobre 2018 chez Glénat. Pour lui, "le moins important, c’est que le gag soit signé Midam, le plus important, c’est qu’il soit drôle".

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre