7/8 Avec Naruto, Masashi Kishimoto booste les emprunts de manga | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 09.05.2018 à 15h41 (mis à jour le 09.05.2018 à 16h00) Les 8 stars en bibliothèque

7/8 Avec Naruto, Masashi Kishimoto booste les emprunts de manga

Masashi Kishimoto - Photo DR

Publié en France par Kana, le mangaka aux 72 tomes de la série Naruto gagne une place et se classe 7e au palmarès général des auteurs les plus empruntés en bibliothèque. Pour Kana, son éditeur, le succès unique de la série a contribué à modeler le marché français.

En 15 ans de création du manga Naruto, Masashi Kishimoto s’est inscrit comme l’un des plus importants mangakas contemporains. Publiée en 700 chapitres de 1999 à 2014 dans le magazine japonais Weekly Shonen Jump, sa série de 72 tomes s’est vendue à plus de 230 millions d’exemplaires dans le monde – dont 140 millions au Japon. En France, l’éditeur Kana a fait connaître aux lecteurs les aventures du jeune ninja dès 2002. Un succès fulgurant qui ne s’est jamais démenti avec 20 millions d’exemplaires écoulés en France, en Suisse et au Québec, jusqu’au volet final paru en 2016.
 
Même après l’arrêt de la série, l’auteur compte parmi les plus empruntés en bibliothèque avec 30503 prêts (7e) contre 25900 l’année passée (8e). "Naruto est une exception culturelle française. C’est le seul marché au monde où ce manga a été numéro 1 pendant près de 10 ans", explique à Livres Hebdo Christel Hoolans, directrice générale de Kana. A 43 ans, Masashi Kishimoto est l’un des "piliers du marché du manga, assure-t-elle. Il a construit le marché tel qu’il est aujourd’hui" où, désormais, une bande dessinée vendue sur 3 est un manga.
 
Assisté d’une équipe chargée de la réalisation des éléments secondaires (décors, personnages, onomatopées, etc.), Masashi Kishimoto fait partie de ces mangakas dont le rythme de travail est digne de celui des sportifs de haut niveau. "Un auteur japonais qui travaille dans un hebdomadaire ne sort jamais de chez lui. Il doit rendre 20 pages en 5 jours, tous les jours de l’année", continue Christel Hoolans. "Ce sont des machines de guerre".
 
Des formations mangas en bibliothèques
 
Depuis une dizaine d’années, Kana a mis en place des formations "mangas" pour les professionnels du livre, "qui durent une heure ou deux, tout les trois mois, en France et en Belgique", par exemple pour présenter la diversité des publications aux bibliothécaires, précise Christel Hoolans. Pour l’éditrice, faire connaître des mangas comme ceux de Naruto en bibliothèque est essentiel pour captiver à nouveau les jeunes lecteurs. L’éditeur propose d’ailleurs un catalogue pédagogique à destination des bibliothécaires et de l’Education nationale. "On a fait appel à des professeurs qui expliquent ce qu’apporte telle ou telle série", raconte la directrice générale pour qui des œuvres comme celle de Naruto "ouvrent tout un monde" au jeune lecteur qui grandit en même temps que son héros.
 
Le goût pour le manga en bibliothèque s’illustre également par la présence de deux autres mangakas dans le palmarès général des auteurs les plus empruntés: Eiichiro Oda, auteur de la série One Piece (Glénat), la plus vendue au monde, se classe 14e (23190 prêts) tandis que Hiro Mashima, le mangaka de Fairy Tail (Pika) est 15e (22287 prêts).
close

S’abonner à #La Lettre