5 questions à Igort (puisque 5 est le numéro parfait) | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 22.10.2019 à 13h18 (mis à jour le 22.10.2019 à 14h00) Cinéma

5 questions à Igort (puisque 5 est le numéro parfait)

Toni Servillo et Carlo Buccirosso dans "5 est le numéro parfait"

5 est le numéro parfait. L'adaptation de la bande dessinée d'Igort arrive au cinéma en France ce 23 octobre. L'auteur a décidé de réaliser lui-même cette version cinématographique réussie. Rencontre avec cet artiste prolifique.

Parue en France en 2009 chez Casterman, et rééditée la semaine dernière, la bande dessinée 5 est le numéro parfait - Prix du livre de l'année en 2003 à la Foire de Francfort - est transposée au cinéma par son auteur, Igort (de son vrai nom Igor Tuveri). L'italien, membre du collectif Valvoline (avec, entre autres Lorenzo Mattotti, qui vient de réaliser La fameuse invasion des ours en Sicile), passe ainsi pour la première fois derrière la caméra, rejoignant ses "copains" Riad Sattouf, Joann Sfar et Mathieu Sapin dans la liste des auteurs de BD - cinéastes.

Avec Toni Servillo (La grande bellezza) dans le rôle d'un tueur à gages de la Camorra en retrait, contraint de reprendre du service pour une vendetta personnelle, le film est un polar stylisé et mélancolique, construit par chapitres, influencé aussi bien par Quentin Tarantino que le cinéma de Hong Kong.
 

De passage à Paris, nous lui avons posé cinq questions, puisque 5 est le numéro parfait.

Livres Hebdo: Comment avez-vous décidé de vous lancer dans la réalisation?
Igort : C’est un pur hasard. Je n’avais absolument pas envie de réaliser des films mais je dois dire que Toni [Servillo], que j’ai rencontré il y a 15 ans, m’a persuadé de le faire. Il m’a dit : "C'est toi qui l'a écrit, qui a inventé les personnages et les situations, tu l’as dessiné donc tu sais bien comment regarder l'histoire." Pour moi, le cauchemar, c’était de ne pas être capable de répondre aux questions qu’on vous pose. Heureusement, je connaissais mon univers et j’avais de grands acteurs. Quand je les regardais dans le moniteur, j’étais en larmes. C'était très émouvant de voir la quantité d’amour qu’ils plaçaient dans leur personnage.
 
Mais pourquoi avoir voulu filmer cet album parmi toutes vos bandes dessinées?
Au fil des années, cet album a eu continuellement des options pour devenir un film. Au bout de la quatrième fois, toujours non concrétisée, avec le réalisateur de Hong Kong Johnnie To, je me suis rendu compte qu’à chaque fois les réalisateurs pressentis passaient à côté de l’histoire, de l’ironie du sujet et de ces mafiosi.  J'ai vite compris qu'il fallait avant tout apprendre à communiquer avec une triade : le directeur de la photographie, les costumiers et le décorateur.
 
Quelles transformations avez-vous opéré dans le travail d'adaptation?
Il faut comprendre et respecter le sens du livre et il faut savoir couper des scènes. On a rajouté un autre personnage, celui du bossu. On a  aussi créé l'idée des ritualité, pour donner une dimension symbolique, presque religieuse, dans le quotidien de ces tueur à gages. En faisant le film, on s'est concentré sur le portrait de deux vieux chevaliers qui voient le crépuscule de leur vie, avec cette Camorra qui est en train de tomber, pour ouvrir la porte à une nouvelle mafia, organisée, financière et gestionnaire.

Esthétiquement, votre film est très influencé par l'art graphique et pictural...
Mon défi, c’était de faire des tableaux.  Je voulais une puissance visuelle. Toni m’a dit que c’était le minimum qu’il attendait de moi. Je voulais une beauté époustouflante. J'adore le cinéma, la littérature, la peinture. J’ai choisi le chef opérateur [Nicolai Bruël (Dogman), ndlr] qui pouvait travailler les lumières et les ombres comme si j'étais en train de faire un tableau, comme ceux de Felice Casorati. Il me proposait des silhouettes, comme dans la bande dessinée. Mais au cinéma c’est une idée folle, surtout avec de tels acteurs. Et il avait raison. Il ne fallait pas tomber dans le cliché d’une Naples joyeuse. Ici la ville refléte le vide du personnage principal. Je voulais une espèce de théâtre naturaliste.

Cela fait trois ans qu'aucun de vos nouveaux albums n'est paru en France. Quels sont vos projets?
J’écris des romans, des scénarios, des bandes dessinées. En Italie, mon éditeur (Oblomov edizioni) vient de publier Kokoro, il suno nascosto delle cose [hommage à la culture japonaise, dans la prolongation des Cahiers japonais, édités en France chez Futuropolis, ndlr]. J’ai plusieurs projets en cours. J’écris tous les jours. Si le cinéma m’a appris qu’il ne donne pas une deuxième chance, dans la bande dessinée, je peux prendre mon temps, je peux échouer, jeter ce qui n'est pas bon, et partir vers d'autres horizons.
close

S’abonner à #La Lettre