Finances publiques

Le budget du ministère de la Culture sera stable l'an prochain en s'élevant à 9,906 milliards d'euros. En incluant les sociétés de l'audiovisuel public, les aides fiscales au secteur et les taxes qui financent des organismes culturels comme le CNC, il quasiment stable avec une légère hausse de 0,4%. 

Le livre et les industries culturelles sont en baisse de 2% (soit 271M€), notamment parce que le projet de loi a transféré les dispositifs d'éducation artistique et culturelle dans un autre programme budgétaire. A périmètre constant (avant transferts), le livre et les industries culturelles affichent une hausse de 2% (282M€).

Outre l'extension de l'accès aux bibliothèques, le ministère veut donner la priorité à la rénovation du quadrilatère Richelieu de la BnF, qui entre dans sa seconde phase. De même, il anticipe la rénovation de la BPI prévu pour 2019-2020, en financer dès l'année prochaine et intégralement les travaux d'une coursive pour une future entrée commune avec le Centre Pompidou, par la piazza.

Un budget en forte hausse pour quelques priorités

Les crédits budgétaires du ministère augmentent de 0,7% (3,6 milliards d'euros). L'éducation culturelle et artistique bondit à 114 millions d'euros (+ 35 millions d'euros), dont 5 millions d'euros qui serviront à préparer la mise en oeuvre du "pass culture" avec le lancement "d'expérimentations" l'an prochain. Ce "pass" vise à aider les jeunes qui atteignent leur majorité à fréquenter les lieux artistiques et acheter des biens culturels.

Le patrimoine apparaît aussi comme une priorité puisque qu'il hérite d'une enveloppe de 326 millions d'euros (+5%) pour les monuments historiques (hors grands projets). Autre hausse important, l'accueil des artistes étrangers (3M€, +12%) et l'action internationale (9M€, + 17%).

Françoise Nyssen, lors de la présentation du le projet de loi de finances du ministère, a affirmé qu'il correspondait aux priorités de sa politique: "Il s’agit du plus important budget jamais obtenu pour la politique culturelle, ce qui marque la priorité que le Président de la République et le Gouvernement accordent à la culture. Ce budget traduit une volonté de transformation, au profit d’un service culturel de qualité qui prenne en compte les attentes d’émancipation individuelle ; la nécessité de cohésion sociale et de dynamisme économique de nos territoires ; la révolution des usages mais aussi le respect de la création et des créateurs ; et l’exigence de simplification dans la façon dont l’État accompagne la mise en œuvre de projets."

Pour compenser ces hausses, l'effort a surtout été demandé à l'audiovisuel public.
 

Les archives dans le PLF 2018

Dans le PLF 2018, le ministère a précisé que "Le programme d’investissement engagé en 2017 pour faire face aux besoins de conservation et d’accessibilité des archives publiques nationales sera ainsi amplifié en 2018 (+ 6,5 M€) pour la rénovation du site des archives nationales de Paris dans le cadre du schéma directeur pluriannuel, l’aménagement du site de Pierrefitte-sur-Seine (fermeture du site de Fontainebleau et redéploiement de ses fonds), les travaux d’investissement des archives nationales d’Outre-mer à Aix-en-Provence et des archives nationales du monde du travail à Roubaix et le développement du programme VITAM (Valeurs immatérielles transmises aux archives pour mémoire) destiné à la conservation des archives nativement numériques."

Avec une enveloppe de 4M€, le ministère continuera d'accompagner les projets de construction, extension ou réhabilitation des bâtiments des directions d’archives départementales.




 

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
J

JPM

il y a 3 ans à 10 h 46

Pour avoir disséqué pendant dix ans le "petit bleu", permettez-moi aujourd'hui ces quelques remarques. L'article reflète tout à fait les intentions gouvernementales, mais qu'en est-il de la réalité phynancière, et du dispatching secteur par secteur ? Soit, 1° quelle est la part accordée à la culture dans le budget total ? 2° quelle est la part budget de fonctionnement / aide à la création et à la recherche ? 3° dans le domaine de l'audiovisuel - télévision, et dans la réalité des faits, où passent les sommes allouées à la culture / à la création ? Merci d'avance pour ces précisions.


f

Fabrice

il y a 3 ans à 19 h 34

Pour l'instant, les "bleus" ne sont pas encore accessibles. Nous devrions en savoir un peu plus d'ici huit ou dix jours. Fabrice Piault, rédacteur en chef


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités