Les Canadiens de plus en plus friands de leur littérature | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 28.07.2017 à 15h57 (mis à jour le 28.07.2017 à 16h05) Etude

Les Canadiens de plus en plus friands de leur littérature

La librairie Poor Michael's dans le Manitoba

Une nouvelle étude sur les pratiques de lecture des Canadiens publiée par l’organisation BookNet Canada souligne leur intérêt grandissant pour les auteurs et les sujets nationaux.

L’organisation BookNet Canada, qui analyse le marché du livre et de la lecture pour le ministère de la culture et le gouvernement canadien, a publié le 26 juillet les résultats de l’étude "Canadians Reading Canadians" ("Les Canadiens qui lisent des Canadiens") sur les usages de consommation et de lecture des Canadiens. Alors que le pays célèbre les 150 ans de la création de la Confédération canadienne, le rapport actualise les résultats d’une enquête menée en 2012 sur les mêmes sujets : les Canadiens sont-ils attachés à des auteurs et des sujets nationaux ? Comment se procurent-ils les livres ?

Un accès au livre multiple

L’étude révèle que les Canadiens profitent des différents canaux d’accès au livre dont bénéficie le pays. La plupart continue d’acheter un livre neuf (37%), loin devant le livre d’occasion (21%), les emprunts en bibliothèque (19%) ou le prêt par un proche (20%). 21% des personnes interrogés affirment recevoir des livres en cadeau.

Auteurs et sujets canadiens davantage plébiscités par les lecteurs

Comparé aux résultats de 2012, les Canadiens s’intéressent davantage à leurs auteurs et aux sujets qui concernent leur pays. L’étude montre que, l’année passée, 44% des lecteurs ont acheté le livre d’un auteur canadien, contre 24% en 2012. Les lecteurs interrogés sont également 41% a avoir acheté et lu au moins un livre sur un sujet canadien, alors qu’ils étaient 22% en 2012. Et ceux qui affirment n’avoir pas lu d’auteurs canadiens dans l’année passée ou ne pas savoir (43%) se déclarent intéressés par la littérature canadienne. "Les livres canadiens font meilleure impression et sont mieux connus depuis 2012", rapporte l’étude.
 
Margaret Atwood, référence canadienne par excellence

A la question "Pouvez-vous citer un auteur canadien ?", les Canadiens interrogés sont 37% à mentionner Margaret Atwood, faisant de l’auteure de La servante écarlate (Robert Laffont, 1987) l’une des figures les plus populaires de la littérature canadienne. En 2012, son nom était déjà évoqué par 21% des interrogés. Mais à l'époque, les réponses avaient surtout révélé une méconnaissance des autres auteurs canadiens. En 2012, l’identité canadienne d’un auteur ne semblaient pas être l’une des préoccupations majeures des lecteurs : 32% des personnes sollicités répondaient ne pas en connaître. En 2017, ce pourcentage s'est réduit à 20%.  

D’autres auteurs sont évoqués de façon plus marginale comme Robert Munsch (4%), Yann Martel (2%), Farley Mowat (2%), L.M. Montgomery (2%) et Alice Munro (2%).

L'étude a été réalisée en juin dans l'ensemble du Canada, y compris au Québec.
 
close

S’abonner à #La Lettre