Le traducteur Lorenzo Flabbi, lauréat du prix Stendhal 2018 | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 26.02.2018 à 15h06 (mis à jour le 26.02.2018 à 16h00) Traduction

Le traducteur Lorenzo Flabbi, lauréat du prix Stendhal 2018

Lorenzo Flabbi - Photo COPIE D'ÉCRAN/RAI

Le prix Stendhal, qui récompense une traduction du français vers l'italien, distingue Lorenzo Flabbi pour sa traduction de Mémoire de fille d'Annie Ernaux (Gallimard).

Le jury du prix Stendhal a récompensé, mardi 20 février, Lorenzo Flabbi pour sa traduction de Mémoire de fille d'Annie Ernaux (Gallimard, 2016), publié en Italie chez L'Orma. Le prix est doté de 3000 euros.
 
Lorenzo Flabbi avait déjà traduit Les années d'Annie Ernaux (Gallimard, 2008), qui avait obtenu le prix Strega de littérature européenne 2016. En France, Annie Ernaux avait été récompensée par les prix Marguerite Duras, François Mauriac et celui de la Langue française pour son roman.
 
En partenariat avec l'Association pour la promotion de la traduction littéraire, le jury a également distingué Ursula Manni, pour sa traduction des Tablettes de buis d'Apronenia Avitia de Pascal Quignard (Gallimard, 1989), comme meilleure jeune traductrice. Dotée de 2000 euros, cette récompense s'accompagne d'une résidence de traduction d'un mois au Collège international des traducteurs littéraires à Arles.
 
Organisé par l'Institut français d'Italie et le Service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France en Italie, le prix Stendhal récompense chaque année la meilleure traduction en italien d'une œuvre de littérature française contemporaine.
 
Le jury du prix, présidé par Valerio Magrelli (poète, écrivain et traducteur), est composé de Rossana Rummo (directrice générale des bibliothèques et des instituts culturels au MiBACT), de Michele De Mieri (journaliste, critique littéraire, curateur du festival Libri Come), de Camilla Diez (traductrice, lauréate de la mention "GIovane" du premier prix Stendhal) et de Stefano Montefiori (journaliste, critique littéraire et correspondant à Paris du Corriere della Sera).
close

S’abonner à #La Lettre