Discours

Récompensée lundi 4 décembre par le prix Marguerite Yourcenar 2017 pour l'ensemble de son œuvre, Annie Ernaux a livré ses réflexions sur les prix littéraires.
 
"Que signifie "recevoir un prix" ? Non pas en général, mais pour moi ? Et pas n'importe quel prix mais celui qui porte le nom prestigieux, voire intimidant, de Marguerite Yourcenar ?” commence l'auteure, dont le premier roman Les armoires vides a figuré dans la sélection du Goncourt 1974. Un prix auquel Annie Ernaux n'a "jamais accordé beaucoup de confiance dans sa capacité à honorer la valeur littéraire”, malgré son "désir” de décrocher la prestigieuse distinction.

Des lecteurs reconnaissants
 
Mais, "en dix ans, toute pensée, tout désir d'avoir un prix m'avaient quittée”, écrit l'écrivaine, récompensée par le Renaudot 1984 pour La place (Gallimard), qui attendait pour "seule gratification” de la part de l'écriture que celle de "continuer à être publiée” et de la reconnaissance de ses lecteurs.
 
Cette distinction l'a poussé "à aller plus loin dans [son] engagement d'écriture”, à "ne pas construire un être d'écrivain mais dissoudre une vie dans l'écriture”, confie Annie Ernaux.
 
La remise du prix Marguerite Yourcenar "me paraît l'approbation d'une démarche d'écriture marquée par la liberté et la recherche. La reconnaissance d'une voie que Marguerite Yourcenar a illustrée d'une façon puissante, presque insolente dans sa sérénité. […] Je pense fortement à elle, Marguerite Yourcenar, qui s'est toujours sentie le maillon d'une chaîne au sein d'une nature dont les règles n'étaient pas séparées”, conclut l'écrivaine.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités