disparition

Gisèle Halimi, militante de la cause des femmes, est morte

Gisèle Halimi en 2009 - Photo MARIE-LAN NGUYEN - CC BY 2.5

Gisèle Halimi, militante de la cause des femmes, est morte

L’avocate et figure du combat pour les droits des femmes est décédée, le 28 juillet, à l’âge de 93 ans. Sa dernière autobiographie paraîtra en août chez Grasset.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
avec AFP,
Créé le 28.07.2020 à 17h13,
Mis à jour le 28.07.2020 à 18h00

Infatigable combattante pour la cause des femmes et le droit à l'avortement, l'avocate, ancienne députée et auteure Gisèle Halimi est décédée, le 28 juillet, au lendemain de son 93e anniversaire. Elle "s'est éteinte dans la sérénité, à Paris", a déclaré l'un de ses trois fils, Emmanuel Faux, estimant que sa mère, qui était entourée de ses proches, avait eu "une belle vie".

Grasset publiera, le 19 août, son autobiographie et ultime ouvrage, Une farouche liberté, rédigé avec la journaliste Annick Cojean. La militante et femme politique y témoigne de son parcours et de son activisme, de la lutte contre la colonisation à la cause des femmes. Elle invite les jeunes générations à s'engager pour l'égalité entre hommes et femmes.

L'anticolonialisme chevillé au corps

L'engagement fait femme, Gisèle Halimi prend d'abord la défense de son pays, la Tunisie, où elle nait en 1927. Dans les années 1950, la jeune étudiante en droit milite pour défendre l’indépendance de la colonie française. Lorsque survient la guerre d’Algérie, quelques années plus tard, elle remet ses habits d'activiste anticolonialiste et se joint aux signataires du "Manifeste des 121" pour déclarer le droit à l’insoumission du peuple algérien.

En 1960, son combat pour l’indépendance ses mêle à ses convictions de femme insoumise lorsqu’elle choisit de défendre l’algérienne Djamila Boupacha, 22 ans, torturée et violée par des soldats français. Condamnée à mort par la justice française pour avoir posé une bombe, elle est finalement amnistiée et libérée en 1962 après les accords d’Evian. Avec Simone de Beauvoir, son amie et partenaire de lutte, Gisèle Halimi témoigne de cette affaire dans Djamila Boupacha, paru chez Gallimard.

Une vie d'écriture et de combat féministe

Devenue une Avocate irrespectueuse, titre d'une de ses autobiographies (Plon, 2002), Gisèle Halimi se fait connaître du grand public lors du procès emblématique de Bobigny, en 1972, où elle défend une mineure jugée pour avoir avorté à la suite d'un viol. Signataire du "Manifeste des 343", l’avocate obtient la relaxe de la jeune femme et parvient à mobiliser l'opinion, ouvrant la voie à la dépénalisation de l'avortement, début 1975, avec la loi Veil.

L’intellectuelle profite alors de sa notoriété pour mener un combat radical pour la cause des femmes, l’égalité et la parité, au dedans et au dehors des salles d'audience. Elle y dédie de nombreux ouvrages, où elle mêle récit biographique et réflexions politique et sociale, dont La cause des femmes (Grasset, 1977), Le lait de l’oranger (Gallimard, 1988) et Une embellie perdue (Gallimard, 1995). En 1997, elle condense sa pensée féministe dans un manifeste incisif, La nouvelle cause des femmes (Seuil), dans lequel elle plaide pour une égalité pour toutes.

Dans son dernier titre paru, Histoire d’une passion (Plon, 2011), elle raconte son amour pour sa petite-fille et ce que son expérience de grand-mère a révélé en elle. Frustrée de ne pas avoir réussi à mettre au monde une fille, cette relation lui a ouvert les portes d'un fantasme, d'une complicité qu'elle n'a jamais connu avec sa propre génitrice, elle qui voulait "qu'une partie de [sa] vie de femme serve de rattrapage à [sa] vie de fille rejetée par sa mère".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités