Le jour d'après

Benoît Vaillant : "j'espère un grand ouf de soulagement"

Benoît Vaillant, P-DG du diffuseur et distributeur Pollen Diffusion, en confinement début mai 2020 - Photo DR.

Benoît Vaillant : "j'espère un grand ouf de soulagement"

Dixième épisode du feuilleton de Livres Hebdo "Le jour d'après"rédigé à tour de rôle par différents professionnels du livre. Aujourd'hui Benoît Vaillant, P-DG de la société de diffusion et de distribution Pollen Diffusion.

Par Fabrice Piault,
Créé le 07.05.2020 à 18h00,
Mis à jour le 07.05.2020 à 18h00

« Alors ça y est, on y est, ça va repartir. Le Jour d'Après ? Vaste sujet. Nous, cela fait un mois et demi que nous sommes dans les Jours Pendant. Pour nous, le confinement, ça a été un marathon. Comment faire, avec des libraires fermées, pour maintenir un rythme, pour garder l'énergie qui nous permettra, le Jour d'Après, de redémarrer ?

Il a tout d'abord fallu gérer les urgences. Nous avons commencé par reporter les échéances des libraires. Nous n'en avions pas spécialement les moyens – certains éditeurs (merci, merci) nous ont accompagnés –, mais il nous paraissait essentiel d'apporter notre écot à la chaîne de solidarité qui s'est constituée autour d'une chaîne du livre qui a rarement aussi bien porté son nom.

Faire et refaire des référencements

Il a fallu ensuite faire appel aux volontaires : même sans commandes, un entrepôt de livres est un chantier sans fin. Il n'y a qu'à mettre en miroir nos propres bibliothèques pour mesurer la nécessité de sans cesse réimplanter, déplacer, intégrer, voire pilonner... Sans compter les retours à traiter. Il a fallu faire et refaire des référencements, jongler avec des excel et des sql, avec la compta... Nous avons été très fiers de notre « commando Covid » (merci, merci) qui s'est employé à remettre d'aplomb tout ce qui, depuis des années, serait fait... « l'été prochain ». Nous pourrions bouquiner allongés par terre, tellement c'est propre à présent.

Et il a fallu escalader les montagnes administratives qui s'offraient à nous. Autant les dispositifs dont nous pouvions tous bénéficier (chômage partiel, report des charges, prêt garanti par l'Etat...) nous permettront de passer, au moins pour un certain temps, l'obstacle, autant nous avons dû nous familiariser avec certains méandres dont l'administration a le secret. Et les coups de fil aux confrères ont été précieux ("Tu arrives à te connecter au portail Pôle Emploi, toi?").

Mais, surtout, il a fallu préparer l'Après. Grâce à notre diffuseur Cedif (merci, merci) et aux éditeurs, les programmes ont été re-déployés, puis re-re-déployés, et parfois re-re-re. Il a fallu jongler avec ceux qui avaient déjà imprimé, avec une facture imprimeur à venir, ceux qui avaient une actualité ou une saisonnalité, et ceux dont l'avenir du catalogue était en jeu. Et il a fallu parier sur l'avenir : le terrain sera-t-il fragile d'ici l'été ? Sans aucun doute. La relance sera-t-elle là à la rentrée ? Pas sûr. Ne vaut-il pas mieux attendre 2021 ? Et pourquoi pas 2022 ou… jamais ?

Bref, en deux-trois semaines, nous étions prêts pour le Jour d'Après. Nous avions des gants, du gel. Et il restait un gros mois à attendre, attendre...

Front commun

Un nouveau groupe d'acteurs s'est invité dans la chaîne : ils ont pour noms Zoom, Teams, Go-to-meeting, Whattsapp... Grâce à eux, j'ai mis des visages sur des noms que je connaissais depuis des années (trente ans d'édition, ça fait beaucoup de noms). J'ai même été invité dans des bibliothèques (souvent), dans des salons, parfois même dans des réserves ou des cuisines.

On a parlé métier, on a parlé de ce qui nous relie – le livre – en faisant front commun. Avec chacun la conscience que la chaîne du livre n'est pas faible de son plus faible maillon, mais faible de la fragilité de chaque maillon. Des échanges paisibles et constructifs dans une période tumultueuse. Le calme pendant la tempête. Au regard de cette détermination sereine, de cette conviction pas toujours partagée habituellement, je ne suis pas si certain que j'en sois si impatient, du Jour d'Après. Et je sais que ces échanges apaisés me manqueraient.

On tient toujours debout

Et à part ça je me délectais d'avance de la pile qui m'attendait : les Editons Do, du Typhon, du Banyan, et du rattrapage chez Joseph K ou Zellige, de l'évasion anti-confinement avec Gestalten ou les Editions Mons, et d'autres encore. J'avais hâte de découvrir les éditeurs que vient de nous transférer CF2D (merci, merci). Et la réalité, c'est que cette pile a très peu baissé. Sans doute le désœuvrement n'est-il pas propre à la lecture lorsqu'il est contraint.

Le Jour d'Après, je rêve que la frénésie d'Avant, cette agitation stérile, perdra son sens. Le Jour d'Après, j'espère un grand ouf de soulagement : la vague est passée, on tient toujours debout, les lecteurs sont toujours là. On va pouvoir prendre le temps, le vrai. »
 
Et vous ? Racontez-nous comment vous voyez le jour d’après, comment vous imaginez la relance de votre activité en nous écrivant à l'adresse  confinement@livreshebdo.fr
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités