Enquête

55 % des communes dépourvues de bibliothèque

Annecy-le-Vieux, 21 000 habitants, n'a pas de bibliothèque. - Photo PHOENIX74 CC BY-SA 3.0

55 % des communes dépourvues de bibliothèque

Le dernier rapport de l’Inspection générale des bibliothèques met en évidence les disparités du territoire en matière d’équipements de lecture publique et donne la mesure des progrès qui restent à accomplir.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 08.02.2016 à 16h53,
Mis à jour le 08.02.2016 à 17h14

Le nombre de bibliothèques publiques en France a considérablement augmenté au cours des vingt dernières années. Pourtant, 55 % des communes françaises, regroupant 17 % de la population, ne disposaient, en 2011, d’aucun lieu de lecture publique. C’est l’une des principales révélations du dernier rapport de l’Inspection générale des bibliothèques (IGB) intitulé L’équipement des communes et groupements de communes en bibliothèques : lacunes et inégalités territoriales, rendu public le 4 février.
 
"Des parties du territoire restent totalement dépourvues d’équipements, alertent les auteurs, Jean-Luc Gautier-Gentès et Joëlle Claud. La plupart des équipements des années 1960 à 1990 ont beaucoup vieilli. D’une manière générale, et paradoxalement pour des équipements qui veulent et doivent être des services de proximité, les réseaux sont insuffisants, qu’ils soient communaux ou intercommunaux.”
 
228 communes de 5 000 à 100 000 habitants n'ont pas de bibliothèque

Plus une commune est petite, moins ses habitants ont de chances de disposer d’un équipement. Mais l’absence de bibliothèque n’est pas réservée aux petites villes : 228 communes de 5 000 à 100 000 habitants, telles que Schiltigheim, dans le Bas-Rhin, 31 722 habitants, ou Annecy-le-Vieux, en Haute-Savoie, 21 056 habitants, n’ont pas de bibliothèques.
 
Tout aussi alarmant, près des deux tiers des bibliothèques des villes de plus de 10 000 habitants n’atteignent pas les 0,07 m2 par habitant recommandé par le ministère de la Culture et de la Communication. Ce sous-dimensionnement touche presque 60 % des bibliothèques dans la tranche des communes et intercommunalités de 10 000 à 30 000 habitants.
 
Or, estiment les auteurs, "2 000 habitants tend à être aujourd’hui le seuil de population à partir duquel l’absence d’une bibliothèque digne de ce nom et a fortiori d’une bibliothèque tout court fait figure de franche anomalie”.

Moins d'annexes

Le rapport pointe également le nombre significatif d’annexes ayant fermé ces dernières années, fermetures que les décideurs justifient par la petite taille de ces établissements et leur faible fréquentation. Mais, objectent les auteurs, si ces bibliothèques avaient été plus grandes, elles auraient touché plus de monde, rappelant que 80% des usagers mettent 15 minutes maximum pour se rendre à la bibliothèque, une durée de trajet supérieure se révélant dissuasive. Après une période de disparition massive des bibliobus dans les années 1980-2000, ces derniers pourraient réapparaître pour pallier le manque d’annexes.
 
En additionnant les nouvelles constructions et les rénovations et extensions, l’enquête estime que près d’un million de m2 supplémentaire serait nécessaire pour une couverture satisfaisante du territoire en établissements de lecture publique. Les auteurs préconisent que le concours particulier de la dotation générale de décentralisation, par lequel l’Etat aide au financement de nouvelles constructions de bibliothèques, fixe des priorités, notamment pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les zones rurales et périurbaines, ou encore la préservation des collections patrimoniales.

Ils conseillent également la mise en place d’un nouveau programme de bibliothèques de proximité. En 2003, le gouvernement avait lancé un programme cadre baptisé Les Ruches, qui avait permis de construire plusieurs centaines de bibliothèques de taille moyenne en milieu rural et dans les quartiers urbains périphériques.
 

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
F

François Deschamps

il y a 4 ans à 21 h 36

Annecy-le-Vieux n'a malgré son importance que deux bibliothèques associatives, importantes en collections mais reposant exclusivement jusqu'alors sur des bénévoles, plutôt âgées (nombre de ces habitants vont aussi dans les bibliothèques d'Annecy, qui touche Annecy-le-Vieux). Les services apportés par le réseau des bibliothèques de la Communauté de l'Agglomération d'Annecy (catalogue informatique commun, réservations en ligne, transfert des livres par navettes entre bibliothèques, ressources numériques et action culturelle mutualisées) ont poussé les lecteurs de ces deux bibliothèques à souhaiter bénéficier des services de ce réseau Bibliofil. Du coup, les lignes ont bougé. La Communauté d'agglomération vient de recruter une bibliothécaire, à mi temps pour l'instant (poste remboursé par Annecy-le-Vieux), et après l'harmonisation des catalogues, les lecteurs de ces deux bibliothécaires vont pouvoir bénéficier de l'intégralité des services du réseau. Un projet de fusion des six communes les plus urbaines de l'agglomération est en réflexion et verra peut-être le jour en 2017. Gageons alors que la pérennité de ces deux bibliothèques passera à terme par leur transformation en bibliothèques municipales de quartier de cette ville nouvelle (qui, si le processus va à son terme, compterait 120 000 habitants). François DESCHAMPS, directeur des affaires culturelles de la Communauté de l'agglomération d'Annecy.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités