169 bibliothécaires québécois se mobilisent contre les coupes budgétaires | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 19.06.2017 à 16h51 (mis à jour le 19.06.2017 à 17h00) Québec

169 bibliothécaires québécois se mobilisent contre les coupes budgétaires

40 postes vont êtres supprimés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) suite au retrait d'une subvention provinciale et à la hausse des coûts.

Dans une lettre ouverte envoyée au quotidien montréalais Le Devoir, 169 professionnels de bibliothèques interpellent le Premier ministre de la province canadienne Philippe Couillard, suite à la décision de son gouvernement de couper dans les budgets de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Ces réductions budgétaires ont conduit l'institution à supprimer, le 6 juin dernier, 29 postes permanents et 11 postes occasionnels, avant leur fin de contrat. 

Le retrait d'une subvention de 580000 euros et la hausse des coûts ont contraint BAnQ à réduire sa masse salariale de 5,4% de ses postes (ce qui représente 1,6 million d'euros). 

Quatrième vague de suppressions de postes en 9 ans

Dans leur courrier, les professionnels rappellent que le Premier ministre avait affirmé que BAnQ était "un écrin exceptionnel du savoir, un lieu d'ancrage dans la population lectrice et même une deuxième maison pour la plupart." "Cette nouvelle coupe constitue la quatrième vague d'abolition de postes depuis 2009 représentant un manque à gagner de près de 15 millions de dollars canadiens (10,1 millions d'euros, ndlr)" expliquent-ils. 

Ils ajoutent: "Cette décision inconséquente survient alors que les services aux citoyens ont déjà été revus à la baisse: réduction des heures d'ouverture, de la programmation, élimination de postes, et se justifie d'autant moins que l'achalandage, les prêts de documents et l'utilisation des collections numériques sont en augmentation constante à BAnQ." Ils soulignent que la position du ministre de la Culture, Luc Fortin, est contradictoire avec ses discours et ses gestes symboliques, notamment après avoir reçu la Déclaration des bibliothèques québécoises le 19 octobre 2016. 
 
Les professionnels s'inquiètent aussi des répercussions sur différentes missions de BAnQ comme la numérisation et la diffusion des archives, l'inclusion sociale et l'éducation, la qualité de service et les conditions de travail et enfin le soutien aux bibliothèques québécoises. 

Plus alarmant, ils se plaignent du "désengagement de l'État" et du "recours bruyant à la privatisation depuis quelques années", avec "des logos dans l'espace public" autant de "signes inquiétants de l'emprise néolibérale sur l'avenir de BAnQ, comme sur celui de nos bibliothèques." Par ailleurs, ils remarquent que "le gouvernement actuel renoue aussi avec une stratégie utilisée maintes fois par le passé consistant à passer la facture aux municipalités, pour mieux se soustraire à ses obligations en matière de bibliothèques."

Plusieurs organismes et institutions ont relayé le courrier et soutenu l'initiative des bibliothécaires, notamment sur les réseaux sociaux avec le hashtag #JeSoutiensBAnQ.
close

S’abonner à #La Lettre