Une minute de silence pour P.O.L aux Rencontres Audiovisuelles de la Scelf | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.03.2018 à 14h46 (mis à jour le 19.03.2018 à 12h24) Livres Paris 2018

Une minute de silence pour P.O.L aux Rencontres Audiovisuelles de la Scelf

Paul Otchakovsky Laurens en novembre 2015. - Photo OLIVIER DION

Un vibrant hommage a été rendu à Paul Otchakovsky-Laurens, initiateur des Rencontres audiovisuelles de la Scelf qui se déroulent avec succès depuis dix ans au salon Livre Paris. Son décès brutal a retardé d'un an la mise en place d'un marché international de l'adaptation, prévu au Festival de Cannes en 2019.

Les dixièmes Rencontres audiovisuelles de la Scelf se sont ouvertes ce matin à Livre Paris avec un hommage à Paul Otchakovsky-Laurens et à "ce qu'il a construit et développé pour que le cinéma et la littérature s'embrassent". Nathalie Piaskowski, directrice générale de l'organisme, a ainsi honoré la mémoire de l'éditeur et cinéaste, "parce qu'il a été un des principaux, si ce n'est le principal initiateur de ces Rencontres, qui ont été créées en 2009, alors qu'il était président de la Scelf." 

"Ces Rencontres lui étaient si chères. Il les regardait grandir et progresser avec un enthousiasme intact", en venant plusieurs fois pour savourer "le bruissement studieux" de ces rendez-vous. "Son souvenir évoque un éditeur de grand talent qui ajoutait à la finesse de son intelligence, une modestie et des qualités humaines rares, qui lui ont permis d'être le passeur qu'il se réclamait être", a-t-elle dit devant une assemblée attentive et émue.
 
Photo OLIVIER DION
Un deuxième rendez-vous à Cannes en 2019

Soulignant son prestige d'homme de lettres, elle a rappelé qu'il était aussi un homme de cinéma et un cinéaste. C'était aussi un homme "qui savait changer d'avis". Pour Shoot the Book!, l'opération cousine qui a démarré au Festival de Cannes il y a maintenant cinq ans, "il était au départ très loin d'être convaincu de son utilité, certain que les romans français n'étaient pas transposables à l'étranger". Il est finalement devenu le plus "fervent soutien de cet événement", qui grandit lui aussi. Et s'exporte. Shoot the Book! est désormais présent dans les marchés du film de Shanghai et de Los Angeles, à Quai du Polar et au Fipa. Il va inaugurer une nouvelle déclinaison au marché du film d'animation d'Annecy en juin. Une réflexion est en cours pour un festival dédié aux séries.

Paul Otchakovsky-Laurens, constatant le succès de ces rencontres et rendez-vous entremêlant éditeurs et producteurs, avait prévu de développer un marché international de l'adaptation au Festival de Cannes. "Sa disparition ne nous a pas permis de mettre en place ce marché cette année, mais tout indique que nous devrions pouvoir le faire en mai 2019", précise Nathalie Piaskowski.
 
Photo OLIVIER DION
Plus de 80 éditeurs présents

Ce marché permettra aux éditeurs français de rencontrer des producteurs étrangers et aux éditeurs étrangers de tisser des liens avec des producteurs français. Il répond à une demande des deux professions qui souhaitent un deuxième rendez-vous dans l'année, plus orienté sur l'international. 

"Il est toujours difficile de mesurer précisément l'impact direct de ces rencontres", nous confie Nathalie Piaskowski, "mais il est certain que ça a contribué à développer des réseaux et à rendre l'adaptation plus visible."

Une minute de silence a conclu ce discours, respectée bien au-delà de soixante secondes, avant que le bruissement ne s'élève des tables. Plus de 80 éditeurs sont présents toute la journée.
close

S’abonner à #La Lettre