Travaux non autorisés: Actes sud plaide (encore) la négligence | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 31.08.2018 à 19h12 (mis à jour le 03.09.2018 à 12h22) Polémique

Travaux non autorisés: Actes sud plaide (encore) la négligence

Françoise Nyssen, ex-présidente d'Actes Sud, et Jean-Paul Capitani en mai 2017. - Photo OLIVIER DION

Dans un communiqué, Actes Sud "souligne que les omissions qu’on lui reproche" sur les travaux sans autorisation de travaux ni déclaration au fisc à son siège parisien "relèvent de la négligence et non d’une volonté délibérée d’échapper à la réglementation applicable".

La maison d'édition Actes Sud, sous le coup d'une enquête concernant des travaux présumés illégaux de ses bureaux parisiens, quand elle était dirigée par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a plaidé vendredi "la négligence", en assurant qu'elle "se conformera à toutes les formalités de mise en conformité utiles".
Deux mois plus tôt, pour l'agrandissement non autorisé du siège d'Actes Sud à Arles, ainsi que de sa librairie et de son cinéma, la ministre avait déjà parlé de "négligence".

"Actes Sud se conformera à toutes les formalités de mise en conformité utiles. La maison d’édition souligne que les omissions qu’on lui reproche relèvent de la négligence et non d’une volonté délibérée d’échapper à la réglementation applicable", a-t-elle affirmé dans un communiqué transmis à l'AFP.

"La société d’édition Actes Sud est confrontée à une polémique visant son ancienne dirigeante, aujourd’hui membre du gouvernement. Le débat concerne les aménagements du siège parisien", "notamment l’installation de mezzanines destinées à améliorer les conditions de travail de ses collaborateurs", a résumé l'éditeur. "La critique adressée à la société repose sur l’absence d’autorisations administratives pour procéder à ces extensions de surface", précise Actes Sud dans son communiqué.

Enquête préliminaire ouverte

"Le bâtiment où les travaux contestés ont eu lieu est un immeuble inscrit au titre des monuments historiques, à la structure et à l’apparence duquel il n’a en rien été porté atteinte", a souligné l'éditeur en guise de défense.

"Actes Sud s’en remet à la décision du procureur de la République qui a ouvert une enquête et qui dira quelle suite doit être apportée aux faits", a-t-il conclu.

La police a effectué mercredi des constatations dans les bureaux parisiens d'Actes Sud, dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris le 23 août pour déterminer si les travaux d'agrandissement, menés en 1997 et à partir de 2012, respectaient le code de l'urbanisme.

L'enquête fait suite à une série d'articles du Canard enchaîné révélant que Françoise Nyssen, qui a dirigé Actes Sud avant de devenir ministre de la Culture en 2017, avait effectué des travaux au siège de la maison d'édition à Paris "sans autorisation de travaux ni déclaration au fisc", et sans avoir préfenu le syndicat de copropriété.

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre