Littérature jeunesse

Tollé face à la censure de la BN de Singapour

Tollé face à la censure de la BN de Singapour

Réseaux sociaux, pétitions, éditoriaux, courriers des lecteurs ou encore écrivains qui clament leur colère : la décision de la Bibliothèque nationale de Singapour de détruire des livres jeunesse "inappropriés"comme Et avec Tango, nous voilà trois!  a dépassé les frontières...

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 17.07.2014 à 16h03,
Mis à jour le 18.07.2014 à 16h58

La direction de la Bibliothèque nationale de Singapour ne s'attendait certainement pas à provoquer une telle colère de la part des citoyens de la cité-Etat d'Asie du Sud-Est. En décidant de retirer et mettre au pilon trois ouvrages de ses rayons pour des raisons morales, la BN a entraîné une vague de protestation qui désormais s'étend au-delà des frontières.

Et avec Tango, nous voilà trois! (édité en France chez Rue du Monde), The White Swan Express et Who's in a Family? (inédits en France), trois histoires sur la famille (homoparentalité, adoption, ...) ont été supprimés des rayons jeunesse au motif qu'ils offensaient une partie des usagers en propageant une vision anormale de la famille. Ils doivent être détruits.

Par ailleurs, le journal Today a indiqué hier que cette censure ne provenait pas de réactions d'usagers mais bien de rapports internes. Today explique que trois autres titres ont été retirés des rayons jeunesse parce que, selon la BN, ils n'étaient pas appropriés pour les enfants. Il s'agit de livres pédagogiques expliquant la sexualité aux enfants.

Les écrivains se révoltent

Depuis une semaine, les Singapouriens manifestent leur désapprobation. La romancière et dramaturge Ovidia Yu a même claqué la porte du Festival des écrivains de Singapour, dont la BN est partenaire. Quatre autres écrivains ont annulé leur présence à un débat qui avait lieu dimanche dans l'enceinte de la bibliothèque. Ironiquement la conférence s'intitulait : "l'humour est une affaire sérieuse". L'un d'entre eux, Gwee Li Sui a démissionné du Festival de littérature des écoles de Sinagpour.

Ce 17 juillet, l'écrivain Suchen Christine Lim a pris la parole à la Conférence des écrivains d'Asie-Pacifique : "aucune institution publique ne devrait détruire des livres, notamment ceux sur la famille, sans un débat préalable." Elle regrette que certains groupes imposent une vision unilatérale de la famille, sans se soucier des milliers d'enfants qui ne sont pas élevés par un homme et une femme.

Réseaux sociaux sollicités

Deux pétitions ont émergé rapidement demandant la réinstallation de ces livres. La première, initié par un trio d'étudiants, a récolté 3 100 signatures en quelques heures. La seconde, sur le site participatif Change.org a été signée par 1200 personnes. Un groupe Facebook s'est également créé, et compte en une semaine 2 456 abonnés.

Parmi les nombreuses réactions, tribunes et éditoriaux qui enflamment le pays, notons celle du Dr Justin Richardson, l'un des auteurs de Et avec Tango, nous voilà trois! : "la décision de la Bibliothèque nationale de Singapour (...) envoie un message glacial sur l'attitude du gouvernement local à propos de la liberté d'expression en général et envers les personnes homosexuelles en particulier. (...) C'est la première fois qu'une institution gouvernementale retire de manière permanente notre livre d'une bibliothèque."

La Bibliothèque Nationale réplique avec une pétition soutenant sa décision signée par 25 000 personnes en quelques jours. Un lobby "pro-famille" se mobilise en faveur de la BN. De nombreux parents jugent normale cette décision considérant que la famille et la sexualité sont de leur responsabilité éducative. Ils jugent ces livres "inappropriés".

Il n'y a pas qu'à Singapour

Le problème n'est pas circonscrit à Singapour. A Hong Kong, le mariage entre personnes du même sexe attise également les passions actuellement. Le département des services culturels et de loisirs de la métropole chinoise, qui gère les bibliothèques municipales, résiste aux pressions de citoyens qui exigent le retrait de certains livres vantant l'homosexualité et l'homoparentalité, comme le rappelle le China Daily.

Et rappelons-nous qu'en février dernier, en France, en pleine polémique sur le livre Tous à poil!, l'UMP et le mouvement Printemps français s'en sont pris aux collections des bibliothèques minicipales où certains livres faisaient "mauvais genre". En cause, parmi d'autres: Et avec Tango, nous voilà trois! et l'autre version, au Baron perché, Tango a deux papas: et pourquoi pas?






Commentaires (3)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
E

Emmanuel Acker

il y a 6 ans à 08 h 58

C'est bien beau de prendre le train de la mode et de prôner la tolérance vis-à-vis du mariage pour tous, mais est-ce bien nécessaire dans des livres pour enfants, ne peut-on leur exposer les cas particuliers (mariage homosexuel concernant une infime partie de la population) à l'adolescence, lorsqu'on leur détaille l'éducation civique ? Si l'homophobie est proscrite pour des raisons humanitaires, est-il pour autant utile de verser dans l'homomanie ?


F

FD

il y a 6 ans à 09 h 55

Bonjour, Les avez-vous seulement lus ces albums qui selon vous "versent dans l'homomanie" ? Ces "Jean a deux mamans", "Jérôme par coeur", "Titiritesse" et autres "Marius" ne vantent pas l'homosexualité, ils en parlent simplement, comme de beaucoup d'autres sujets de société. Le divorce, la mort d'un parent, la naissance d'un petit frère ou d'une petite soeur... autant de sujets qui concerne la famille, tout comme l'homoparentalité. Les albums racontent aux enfants le monde dans lequel ils vivent, alors oui il y est aussi question d'homosexualité. A ne pas considérer comme "cas particuliers" mais comme composante à part entière de nos sociétés du XXIe siècle.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités