Crise sanitaire

SLF: "Une réouverture prématurée des librairies serait dangereuse"

La librairie L'écume des pages - Photo OLIVIER DION

SLF: "Une réouverture prématurée des librairies serait dangereuse"

Réagissant à l'interview de Bruno Le Maire ce matin sur France Inter, qui souhaiterait intégrer les librairies dans les commerces essentiels, le Syndicat de la librairie française "ne souhaite pas répondre au risque sanitaire de la poursuite des livraisons de livres par Amazon par le risque supplémentaire qu’engendrerait une réouverture des librairies."

Par Vincy Thomas,
Créé le 19.03.2020 à 15h31,
Mis à jour le 19.03.2020 à 17h53

Le Syndicat de la librairie française a réagi aux propos de Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, interrogé ce jeudi matin sur France Inter, et qui a plaidé pour la réouverture des librairies, considérant qu'elles étaient des commerces essentiels.

"Le ministre de l’Economie a évoqué ce matin sur France Inter, l’hypothèse d’une réouverture des librairies pour répondre à la concurrence d’Amazon. Bruno Lemaire a témoigné, là, de son attachement aux librairies et au livre. Sur le fond, nous le rejoignons totalement pour considérer la librairie comme un commerce de première nécessité et comptons sur son soutien afin qu’aucune librairie ne soit poussée à la fermeture par cette crise majeure", explique le syndicat.

Pas d'exceptions

Cependant, le SLF "ne souhaite pas répondre au risque sanitaire de la poursuite des livraisons de livres par Amazon par le risque supplémentaire qu’engendrerait une réouverture des librairies avec tous les contacts inévitables qu’elle entraînerait entre libraires et clients. A l’heure où l’on nous dit que le confinement des personnes n’est pas suffisamment respecté, une réouverture prématurée serait dangereuse."

Le syndicat demande toujours "que les conditions strictes imposées par le gouvernement, dont la limitation maximale des contacts, s’imposent également aux opérateurs qui continuent, comme si de rien n’était, de vendre et de livrer des produits définis comme « non indispensables » dans la période actuelle."

Pour le SLF, "la solidarité ne doit pas souffrir d’exceptions. C’est une question d’équité mais c’est également le gage d’une sortie la plus rapide possible de cette crise."
 

Le regroupement Initiales sur la même longueur d'ondes

Dans un communiqué, Wilfried Séjeau, président de l'associaion de librairies indépendantes Initiales, fait écho au communiqué du SLF en approuvant les réticences à rouvrir les librairies, comme le souhaiterait le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Nous avons hâte de ré-ouvrir nos librairies et de retrouver nos clients, mais pas à n'importe quel prix. Aujourd’hui, notre priorité c’est la responsabilité et la citoyenneté. Pas les petits profits" explique le communiqué.

"Nous pensons bien sûr que les librairies sont des lieux essentiels pour la culture, le partage et le vivre-ensemble, mais nous ne sommes pas dupes : l'enjeu, aujourd'hui, c'est bien de demander à Amazon, FNAC et aux hypermarchés de se cantonner aux ventes de produits alimentaires ; il serait pour le moins scandaleux que le géant américain de la fraude fiscale, qui fait tout pour échapper à l'impôt et "évite" ainsi de contribuer à la solidarité nationale, profite de cette crise pour gonfler ses gains. De plus, tous exposent sans vergogne leurs salariés aux risques de contamination et recrutent actuellement des intérimaires... Le gouvernement doit faire preuve de courage politique et imposer un peu de décence" ajoute le groupement.

Et de conclure, qu'ils veulent bien ré-ouvrir leurs librairies, mais "
Dans des conditions de convivialité nous permettant de bien faire notre métier, du temps pour accueillir, conseiller, la possibilité de faire des commandes (l'essentiel de la chaîne du livre est aujourd'hui à l'arrêt), dans le souci de la santé de toutes et tous". "Nos livres vous attendrons, comptez sur nous" affirme l'association.
 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités