E-commerce

Le livre n'est plus un produit prioritaire pour Amazon

Le livre n'est plus un produit prioritaire pour Amazon

Amazon est victime de sa position de leader dans le e-commerce et doit faire face à une forte demande de la part de citoyens confinés chez eux. En attendant de pouvoir assumer de fortes hausses de volumes, le groupe a décidé de déclasser plusieurs produits, dont le livre, dans ses livraisons prioritaires.

Par Vincy Thomas,
avec publishers weekly,
Créé le 18.03.2020 à 11h36,
Mis à jour le 18.03.2020 à 12h01

Amazon a annoncé hier le recrutement de 100000 employés aux Etats-Unis pour faire face à une demande croissante d’achats en ligne. Mais le groupe de Jeff Bezos est aussi piégé par cette même demande en forte hausse. Pour répondre aux consommateurs qui ont besoin de produits de première nécessité, Amazon, selon notre confrère Publishers Weekly, a déclaré à plusieurs fournisseurs, notamment les éditeurs, que leurs produits seront classés en faible priorité jusqu'au 5 avril au moins.
 
Cela concerne aussi bien les grands éditeurs que les indépendants, selon les courriers envoyés par le géant du e-commerce. Le distributeur a indiqué qu’il donnait la priorité, temporairement, aux aliments de base, fournitures médicales et autres produits à forte demande afin de réapprovisionner ces articles. Les autres fournisseurs de produits « de priorité inférieure » devraient s'attendre à la fois à des commandes d'achat réduites et à des fenêtres de livraison étendues pour les commandes d'achat existantes.

Double effet négatif
 
Cela toucherait aussi bien le marché américain que les territoires européens selon l'article publié sur Amazon Seller Central.
 
Afin d’augmenter sa capacité de traitement et de revenir à une distribution normale pour les autres produits, Amazon a lancé une campagne de recrutement massive aux Etats-Unis. Mais cette politique très stricte de la part du leader de la vente en ligne aura certainement un effet négatif sur la santé financière d’éditeurs qui dépendent d’Amazon.
 
Alors que plusieurs pays et grandes villes sont en mode confinement pour empêcher l’expansion du Covid-19, la lecture devrait être considérée comme un produit de première nécessité. Pour le groupe de Jeff Bezos, qui s’est pourtant bâti sur la distribution de livres, ça ne semble plus être le cas.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités