Renny Aupetit (Le comptoir des mots): "Amazon, c'est Dark Vador" | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 12.08.2014 à 13h59 (mis à jour le 12.08.2014 à 15h00) - 2 commentaires Librairie

Renny Aupetit (Le comptoir des mots): "Amazon, c'est Dark Vador"

Renny Aupetit - Photo OLIVIER DION

Interrogé dans la matinale de France Inter ce mardi 12 août, le directeur du Comptoir des mots et de LaLibrairie.com, veut croire que le consommateur va montrer son pouvoir en achetant ailleurs que sur le site de commerce en ligne. 

Renny Aupetit, directeur de la librairie Le Comptoir des mots dans le XXème arrondissement de Paris, était l'invité ce matin de France Inter, afin de commenter le conflit entre Amazon et Hachette. 

"Amazon mène une guerre qu'on pouvait imaginer il y a quelques années explique-t-il mais aujourd'hui Amazon est en train de se fâcher avec tout le monde." 909 écrivains ont signé une pétition appelant à mettre fin aux sanctions d'Amazon contre Hachette Book Group. Le cybermarchand a aussi sanctionné Warner Bros au début de l'été, Simon & Schuster, et depuis hier le groupe Disney.

"Moi j'aimerai bien que ce soit les internautes qui montent au créneau" appelle-t-il de ses voeux. "En leur promettant de la culture pour moins cher, Amazon dézingue la filière culturelle, que ce soit en France ou dans d'autres pays."

Le libraire, qui dirige aussi LaLibriarie.com, ne fait pas dans la demi-mesure : "Amazon, c'est Dark Vador. On sait qu'il est passé du côté obscur, qu'il est méchant et cruel. Il faut s'attendre à quelque chose de très très violent qui va durer très longtemps" annonce-t-il comme une prophétie.

Le débat illustre juste la volonté hégémonique d'Amazon. Renny Aupetit

Pour lui, le groupe de Jeff Bezos "a déstabilisé la filière du livre" en étant limite sur ses pratiques (prix unique du livre, droit du travail, fiscalité). S'il reconnaît que la récente loi communément appelée loi anti-Amazon ne résoud pas tous les problèmes, elle fait prendre conscience qu'Amazon pose problème. Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, ne dit pas autre chose dans l'édition du Monde datée du 13 août : "Nous n'avions jamais dit que cette loi allait tout régler. C'était un combat politique. Nous savions qu'ils allaient chercher à la contourner. Nous avons agi par la loi pour que cette entreprise ne puisse pas utiliser l'argument commercial de la gratuité des frais de port. Ce sont des banderilles que nous continuerons à planter dans le flanc d'Amazon."

Renny Aupetit veut croire que le lecteur va se rebeller : "Ce qui est intéressant aujourd'hui c'est de se demander à quel moment les lecteurs vont monter au créneau". Il en appelle au consommateur responsable, doté du pouvoir d'acheter, comme on a celui de voter. "A chaque fois qu'on achète un livre sur Amazon, on renforce leur pouvoir".

Quant à l'origine du conflit entre Hachette et Amazon, c'est-à-dire le prix du livre numérique, il considère que c'est un faux problème : "le débat illustre juste la volonté hégémonique d'Amazon" selon lui.

Cet article fait partie du dossier:

Commentaire récent

“ Alors juste, ma question c'est ,en quoi Amazon est "dark vador" et en quoi l'éliminer du marché va faciliter la vie des éditeurs et lecteurs ? Pas de piège là-dedans, juste une simple que... ” Pierre il y a 5 ans à 15 h 01
close

S’abonner à #La Lettre