Royaume-Uni

Pan Macmillan invite le traducteur sur les couvertures de ses livres étrangers

Pan Macmillan

Pan Macmillan invite le traducteur sur les couvertures de ses livres étrangers

Le groupe d'édition britannique a annoncé que les traducteurs seront reconnus "sur la couverture du livre et sur tout le matériel de promotion" pour toutes les nouvelles publications et réimpressions à partir du 12 octobre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 13.10.2021 à 17h30,
Mis à jour le 13.10.2021 à 18h00

Pan Macmillan a annoncé que les traducteurs seront reconnus "sur la couverture du livre et sur tout le matériel de promotion" pour toutes les nouvelles publications et réimpressions à partir du 12 octobre, rapporte The Bookseller. Cette décision fait suite à la campagne lancée par la Société des auteurs (SoA) pour la reconnaissance du métier de traducteur. Une lettre ouverte, initialement soutenue par 100 personnes, dont Bernardine Evaristo et Philip Pullman, a reçu plus de 1760 signatures.  

Dans un communiqué, le groupe britannique a déclaré : "Nous travaillons souvent avec le traducteur pour la promotion du livre et nous devons nous assurer que les traducteurs reçoivent systématiquement la reconnaissance la plus complète possible sur la couverture du livre et sur tous les supports promotionnels." D'autres grands éditeurs ont indiqué qu'ils n'avaient pas de politique à l'échelle de leur groupe et que la réponse serait gérée par chaque maison d'édition individuellement.

Une initiative qui fait débat

"Cette démarche s'inscrit dans notre vision qui consiste à chercher à améliorer le profil des traducteurs, qui jouent un rôle incroyablement critique et précieux dans la littérature. Ils se plongent dans une œuvre, pendant des mois, pour la débloquer, afin que nous puissions tous profiter de la langue et de la musique qu'elle contient", a commenté Samuel McDowell, éditeur chez Charco Press.

Malgré sa "reconnaissance" au métier de traducteur, Adam Freudenheim, directeur général de Pushkin Press et éditeur du prix Booker international Frère d'âme de David Diop (traduit au Seuil), a déclaré : "Le traducteur n'est pas l'auteur et personne ne se demande vraiment ce que l'auteur ressent". Il a fait savoir que sa maison d'édition crédite les traducteurs sur la page de titre et la quatrième de couverture, qu'il inclut leurs biographies dans les communiqués de presse et qu'il les signale sur les médias sociaux. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités