"Lire en short", deuxième | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 07.12.2015 à 16h47 (mis à jour le 07.12.2015 à 18h00) Jeunesse

"Lire en short", deuxième

Vincent Monadé, président du CNL, et Sylvie Vassallo, directrice du Slpj 93. - Photo OLIVIER DION

Vincent Monadé, président du CNL, et Sylvie Vassallo, directrice du Slpj 93, ont annoncé la 2e édition de "Lire en short", du 20 au 31 juillet 2016, pour laquelle Le CNL débloquera 700 000 euros.

""Lire en short" a été un succès qui a dépassé nos prévisions" a annoncé Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), en présentant la 2e édition de la manifestation avec Sylvie Vassallo, directrice du Slpj 93, dans une conférence le 7 décembre, lors de la journée professionnelle du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. 
 
L'annonce de la 2e édition de "Lire en short" a été faite par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, lors de l'inauguration du salon le 2 décembre. Comme l'an dernier, la grande fête du livre de jeunesse aura lieu pendant l'été, du 20 au 31 juillet, "sur un temps resserré mais qui inclut un mercredi pour que les centres de loisirs puissent participer". Le CNL, qui avait mis 500 000 euros dans le financement, ajoute 200 000 euros, pour un total de 700 000 euros. Vincent Monadé a aussi annoncé "une opération avec le Syndicat de la librairie française".

“Un message positif”
 
Le président du CNL a rappelé les chiffres de la 1ère édition : 300 000 visiteurs ("alors qu'on en attendait 200 000"), 1 600 manifestations référencées, 45 labellisées, 4 événements nationaux, tout en soulignant qu'il "avait été touché par une expérience personnelle quand il a lu à Marseille un livre à une petite fille dont la mère ne savait pas lire". ""Lire en short" a véhiculé un message positif sur la lecture des enfants et des jeunes. Ce fut aussi une extraordinaire mobilisation nationale des acteurs du livre et de l'enfance" a souligné Sylvie Vassallo.
Ce fut davantage une fête des familles qu'une fête des jeunes. Vincent Monadé
"Ce fut davantage une fête des familles qu'une fête des jeunes. Même les parents ont participé aux ateliers" a commenté Vincent Monadé, qui regrette toutefois la disparité de manifestations sur le territoire et "de n'avoir pu récupérer les ados". L'équipe réfléchit actuellement à une "offre spécifique pour les attirer qui pourrait prendre la forme de nocturnes thématiques sur la science fiction, le fantastique, le manga... dans des lieux où ils aiment se réunir". Il a aussi insisté sur l'importance des retombées presse, en particulier la presse régionale, mais souhaite pour 2016 une communication nationale qui "amène les gens à se déplacer sur les lieux des animations". 
 
Dans la salle, une bibliothécaire s'interrogeait sur la participation financière qu'elle pouvait espérer, tandis qu'une libraire itinérante en milieu rural et la bibliothécaire d'Anglet qui organise des lectures à la plage demandaient comment être référencées.

Amplifier la manifestation
 
Sylvie Vassallo et Vincent Monadé ont avoué que la première édition avaient été préparée dans l'urgence. Ils travaillent actuellement avec de nouveaux partenaires, souhaitent mobiliser les DRAC et les responsables du livre, ainsi que les maires des communes rurales. "Il faut trois ans pour installer une manifestation. La première année a eu l'enthousiasme du démarrage et la force du militantisme. 2016 est une année charnière, il faut amplifier avant de consolider la 3e année" a conclu Vincent Monadé.
close

S’abonner à #La Lettre