Les auteurs québécois mobilisés contre les coupes imposées à BAnQ | Livres Hebdo

Par Clotilde Ravel, le 23.06.2017 à 16h38 (mis à jour le 23.06.2017 à 17h00) Bibliothèque

Les auteurs québécois mobilisés contre les coupes imposées à BAnQ

La bibliothèque et archives nationales du Québec. - Photo VINCY THOMAS/LH

Pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement imposées à BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec), l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (Uneq) a tenu à adresser le 22 juin une lettre ouverte au ministre de la Culture québécois Luc Fortin.

Le 22 juin, l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (Uneq), qui rassemble 1600 membres, a fait savoir son opposition aux mesures de restriction budgétaire visant Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), dans une lettre ouverte au ministre de la Culture Luc Fortin.
 
"C’est avec consternation que l’Union des écrivaines et des écrivains québécois a appris que votre ministère réduira le budget de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)" — selon le quotidien Le Devoir, BAnQ "doit accuser une réduction de 2,4 millions [de dollars canadiens] de sa masse salariale", peut-on lire dans le communiqué.
 
Un retard historique
 
Tout en retraçant l'histoire du développement des bibliothèques à Montréal, l'Uneq dénonce le "retard historique" et le "sous-développement chronique du réseau de bibliothèques publiques, à Montréal et dans l’ensemble du Québec", par rapport aux autres villes du Canada, notamment Vancouver.
 
Pour Suzanne Aubry, présidente de l'UNEQ, "réduire les ressources de BAnQ, que sa première directrice Lise Bissonnette qualifiait de "vaisseau amiral" de toutes les bibliothèques au Québec, est une injustifiable régression dans un secteur culturel qui a toujours souffert de sous-développement."
 
Une demande d'investissements "à la hausse"
 
A l'inverse, et dans le but de rattraper ce retard, "BAnQ et l’ensemble des bibliothèques publiques ont plutôt besoin d’investissements à la hausse, et constants", affirme le communiqué de l'Uneq, qui rappelle également que le rôle des bibliothèques est "crucial" pour les écrivains québécois et leurs lecteurs et que BAnQ est dépositaire d'une "mémoire collective".
 
Dans une entrevue accordée au Devoir le 20 juin, Luc Fortin affirmait que les décisions actuelles de BAnQ étaient "responsables, puisqu’elles n’ont pas d’impact sur les heures d’ouverture ni sur les services directs à la population".

Le ministre a également affirmé dans les pages du quotidien montréalais qu'un effort avait été demandé à l’ensemble des sociétés d’Etat, soit une demande de réduction dans le budget de fonctionnement de 1,8 %. "Pour BAnQ, ça donne 855600 $ et toutes les sociétés d’Etat ont eu la même ponction au prorata", a affirmé M. Fortin.
 
Rappelons que, le 2 juin dernier, 46 organismes du secteur culturel rassemblés sous le nom la "Coalition La culture, le cœur du Québec" avait interpellé le ministère en soumettant une esquisse de plan d'action gouvernemental concernant les ressources humaines dans le domaine des arts et de la culture.
46 organismes du secteur culturel ont fait parvenir au ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin, vendredi 2 juin, une première esquisse de plan d’action pour les ressources humaines dans le domaine des arts et de la culture.
46 organismes du secteur culturel ont fait parvenir au ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin, vendredi 2 juin, une première esquisse de plan d’action pour les ressources humaines dans le domaine des arts et de la culture.
close

S’abonner à #La Lettre