L’ABF s’associe aux protestations contre les déclarations d’Arnaud Nourry | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 15.04.2016 à 17h36 (mis à jour le 15.04.2016 à 18h20) Polémique

L’ABF s’associe aux protestations contre les déclarations d’Arnaud Nourry

L’Association des bibliothécaires de France se rallie à la déclaration publiée par plusieurs associations internationales de professionnels de l’information le 14 avril en réaction au discours du P-DG d’Hachette Livre lors du congrès de l’UIE à Londres.

C’est au tour de l’Association des bibliothécaires de France (ABF) de se positionner contre les déclarations du P-DG d’Hachette Livre, Arnaud Nourry, lors du dernier congrès de l’Union internationale des éditeurs (UIE) à Londres le 10 avril.
 
"Engagée depuis plusieurs mois aux côtés des associations européennes et internationales pour une évolution du droit d'auteurs favorable à l'intérêt général, l'Association des Bibliothécaires de France déplore les déclarations de M. Nourry qui stigmatisent les bibliothèques et s'associe pleinement à la lettre ouverte adressée par l'IFLA, EBLIDA, LIBER, EIFL, LACA et la Reading & Writing Foundation", affirme l’association française dans un communiqué publié vendredi 15 avril, qui donne également accès à la version française de la lettre.
 
Alors que le projet de révision de la directive de 2001 sur le droit d’auteur, actuellement à l’étude à la Commission européenne, met en lumière les antagonismes entre les ayants droit et les bibliothèques, la petite phrase du P-DG d’Hachette Livre sur "les exceptions au droit d’auteur pour les bibliothèques, l’éducation ou le fair use" qui auraient "des conséquences dévastatrices sur l’édition européenne si elles venaient à passer" a mis le feu aux poudres.
 
En France, le projet de la loi pour une République numérique, soutenu par la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire et voté en première lecture par l'Assemblée nationale le 26 janvier dernier, a été accepté pour l’essentiel par les sénateurs et sera soumis à un vote final le 3 mai.
close

S’abonner à #La Lettre