International

Congrès de l'UIE : Arnaud Nourry aborde les sujets qui divisent

Intervention d'Arnaud Nourry, P-DG d'Hachette Livre, au 31e congrès de l'Union internationale des éditeurs (UIE). - Photo ANNE-LAURE WALTER

Congrès de l'UIE : Arnaud Nourry aborde les sujets qui divisent

Dans son allocution au 31e congrès de l'Union internationale des éditeurs, dimanche 10 avril à Londres, le P-DG d'Hachette Livre a évoqué  les dangers de la réforme européenne du droit d'auteur et l'entrée récente de la Chine dans l'association.

J’achète l’article 1.50 €

Par Anne-Laure Walter,
à Londres,
Créé le 10.04.2016 à 16h44,
Mis à jour le 14.04.2016 à 18h43

Le 31e congrès de l'Union internationale des éditeurs (UIE) s'est ouvert, dimanche 10 avril à Londres, par une série de conférences, dont une allocution d'Arnaud Nourry, qui portait sur la révolution numérique et l'édition, mais dans laquelle le P-DG d'Hachette Livre a abordé des sujets politiques qui divisent au sein de l'association. Devant un parterre de 200 professionnels du livre, il a exposé "quelques remarques sur le présent et le futur de notre industrie", abordant la réforme européenne du droit d’auteur et l’entrée récente de la Chine au sein de l’UIE.

Arnaud Nourry a attendu la deuxième partie de son intervention placée sous le signe de l'optimisme quant à l'avenir radieux de l'industrie du livre, pour évoquer les "nuages menaçant qui se profilent à l'horizon" à commencer par "les attaques insensées de la Commission européenne contre le droit d’auteur". Si les exceptions pour les bibliothèques, l’éducation ou le "fair use" sont autorisées, elles auront, selon le P-DG d'Hachette, des " conséquences dévastatrices sur les éditeurs européens".
 
Combattre la proposition de réforme du droit d'auteur de la Commission européenne doit être la priorité de l’UIE Arnaud Nourry

"Combien de temps pourrons-nous encore conserver cette position si Bruxelles autorise les GAFAs (Google, Apple, Facebook, Amazon, NDLR) à se servir gratuitement de nos contenus ?", s'inquiète Arnaud Nourrr, pour qui "à bien y réfléchir, Google est l’acteur le plus susceptible de mettre dans l’immédiat en danger notre industrie" en scannant sans le consentement des éditeurs des millions de livres pour constituer la plus grande bibliothèque virtuelle au monde.
 
Pour le P-DG d'Hachette Livre, "combattre la proposition de réforme du droit d'auteur de la commission européenne doit être la priorité de l’UIE car la protection du copyright est l’une des missions fondatrices de cet organisme, avec la défense de la liberté de publier". Sur ce point, Arnaud Nourry a interpellé le président de l'UIE, Richard Charkin, par ailleurs directeur de la branche adulte de Bloomsbury (Royaume-Uni), au sujet des " nouvelles inquiétantes " qui sont parvenues récemment de Chine. En effet, Pékin a retenu cinq employés hongkongais de la maison d'édition Mighty Current (appartenant au groupe Sage Communication), réputée critique à l'encontre du gouvernement chinois.

La liberté de publier en Chine en question
 
"Richard, j’espère que tu savais ce que tu faisais quand tu as appuyé la candidature de l’association des éditeurs chinois comme membre de l'UIE" a-t-il déclaré. Il a ajouté que l’initiative était "généreuse et optimiste, qualité que j'estime au plus haut point" mais qu’il espèrait que Richard Charkin restera "à l’aise avec cette décision dans les mois et les années à venir". En effet, en octobre 2015, l'assemblée générale de l'UIE qui se tenait en marge de la foire de Francfort, a validé, parmi d'autres, l'adhésion des associations d'éditeurs de la Chine et de l'Arabie Saoudite. Ce tournant stratégique, soutenu en particulier par les associations d'éditeurs du monde anglophone, est loin d'avoir fait l’unanimité.

Richard Charkin n’étant pas dans la salle au moment de ce discours, il n’a pas répondu à cette question. Cependant un des membres de l’association des éditeurs chinois a "protesté" et dit son "désaccord", quant à la remarque d’Arnaud Nourry. "La Chine, au même titre que la France, fait partie de la communauté internationale, alors pourquoi ne pourrait-elle pas faire partie de l’UIE ?". Le P-DG d’Hachette a répondu qu’il voulait croire que cette adhésion était un bon signe quant à la position de la Chine face à la liberté d’écrire et de publier. Il espère qu’il n’y a pas de "contradiction entre ce que nous avons lu dans la presse et le fait d’être membre de l’UIE."

Optimiste pour l'avenir de l'édition

Le reste de l'intervention d'Arnaud Nourry a porté sur la capacité qu'a l'industrie du livre de s'adapter. "Nous sommes la seule industrie culturelle qui a réussi à surfer avec succès sur la première vague digitale", a-t-il noté. Filant une métaphore entre l’industrie du vin et celle du livre - ancienneté de la pratique pour les grands vignobles comme pour les éditeurs, Hachette ayant été créé en 1826 ; techniques encore artisanales de transformation d’une matière en un produit de qualité consommable -, il a plaisanté :  " Personne ne pose de questions au sujet du futur du vin, alors pourquoi ne cessons nous jamais d’angoisser pour le livre ? "

Il a noté que "les livres ont surmonté avec succès les défis numériques du 21e siècle, et transformé ce qui a été une catastrophe pour beaucoup d’industries en une source de revenus. Les ebooks représentent en moyenne quelque chose comme 10 % du marché mondial". Ce n’est pas la fin de la révolution digitale et, selon lui, "le meilleur est à venir", car le livre de texte en noir et blanc qui représente la majorité du marché, n’a pas encore permis aux éditeurs "de débrider leur créativité".  

Le numérique éducatif, par exemple, n’est qu’à ses débuts et recèle d’énormes potentiels et les éditeurs sont "les mieux positionnés pour prendre l’avantage car nous contrôlons les contenus et nos marques ont la confiance des enseignants". Mais les éditeurs ne pourront prendre le dessus dans cette transformation qu’en gardant à l’esprit que "l’éducation est locale et non globale" car même au sein de l’Europe les méthodologies différent. Autre piste de développement, le livre illustré numérique qui n'en est qu'à ses débuts, porté par des mutations technologiques comme l'epub3 ou les progrès de la géolocalisation. Le P-DG d'Hachette Livre en est sûr : "L'avenir du livre, c'est le livre".
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités