La directrice de la bibliothèque d’Ukraine saisit la CEDH | Livres Hebdo

Par Amélie Boutet, le 10.02.2017 à 15h47 (mis à jour le 10.02.2017 à 16h00) Russie

La directrice de la bibliothèque d’Ukraine saisit la CEDH

Natalia Sharina - Photo COPIE D'ÉCRAN/112 UA INTERNATIONAL

Accusée d’avoir promu des idéaux "extrémistes" et assignée à résidence depuis 2015, Natalia Sharina saisit la Cour européenne des Droits de l’Homme.

Assignée à résidence depuis octobre 2015 pour "propagande extrémiste et russophobe", la directrice de la bibliothèque ukrainienne de Moscou, Natalia Sharina, saisit la Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg pour faire valoir ses droits.

"Les autorités ne nous ont pas fourni une justification convaincante concernant les prolongations de l'assignation à résidence de Sharina", a déclaré son avocat Ivan Pavlov, rapporte The Guardian le jeudi 9 février. Son incarcération, prolongée jusqu'au 28 avril 2017, "a un effet néfaste sur sa santé, tout comme l'interdiction d'utiliser toute forme de communication", a-t-il précisé.

Prisonnière d'opinion

Natalia Sharina avait été placée en résidence surveillée dans un contexte de tensions entre l'Ukraine et la Russie. Le Comité d'enquête russe, chargé des principales affaires criminelles, affirmait qu'elle avait acquis des ouvrages "extrémistes" et "diffusait depuis 2011 auprès des lecteurs des livres de Dmytro Kortchinsky reconnus par la justice comme contenu extrémiste et dont l'utilisation est interdite" en Russie. L'homme politique ukrainien a notamment participé à la fondation du groupe ultranationaliste UNA-UNSO avant de créer un autre groupe radical baptisé Bratstvo (Fraternité). Il a pris part aux manifestations de Maïdan pendant l'hiver 2014 à Kiev, précipitant la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch.

Le 4 novembre 2016, Amnesty International avait lancé une campagne pour la libération de Natalia Sharina et déclarait dans un communiqué: "Elle est une prisonnière d'opinion et doit être libérée immédiatement et sans condition".
close

S’abonner à #La Lettre