Une directrice de bibliothèque arrêtée à Moscou | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec afp, le 29.10.2015 à 15h11 (mis à jour le 29.10.2015 à 16h00) Russie

Une directrice de bibliothèque arrêtée à Moscou

L’écrivain Edouard Limonov est l'un des écrivains russes interdit de parution en Ukraine, par les autorités ukrainiennes. - Photo CC BY-SA 3.0

Natalia Charina, directrice d'une bibliothèque ukrainienne à Moscou, est accusée d'avoir promu des idéaux "extrémistes".

Les enquêteurs russes ont annoncé jeudi 29 octobre avoir arrêté Natalia Charina, directrice d'une bibliothèque ukrainienne à Moscou, qu'ils accusent de promouvoir des idéaux "extrémistes" dans un contexte de tensions persistantes entre les deux pays.
 
Le Comité d'enquête russe, chargé des principales affaires criminelles en Russie, affirme qu'elle "diffusait depuis 2011 auprès des lecteurs des livres de Dmytro Kortchinsky reconnus par la justice comme contenu extrémiste et dont l'utilisation est interdite" en Russie.
 
Dmytro Kortchinsky est une personnalité ukrainienne controversée, qui a participé à la fondation du groupe ultranationaliste UNA-UNSO avant de créer un autre groupe radical baptisé Bratstvo (Fraternité). Il a participé avec ses partisans aux manifestations du Maïdan pendant l'hiver 2014 à Kiev, qui ont précipité la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch.
 
Selon son organisation, il a brièvement fui l'Ukraine après les événements du Maïdan avant d'y retourner combattre aux côtés des forces de Kiev, dans l'est séparatiste de l'Ukraine, au sein du bataillon "Sainte Marie".

Cinq ans de prison

Natalia Charina, 58 ans, a été inculpée d'incitation à la haine raciale et d'atteinte à la dignité humaine, selon un communiqué diffusé par les enquêteurs. Elle risque jusqu'à cinq ans de prison.
 
Les enquêteurs russes ont également perquisitionné la bibliothèque et saisi des livres contenant de la "propagande antirusse", a poursuivi le Comité, sans plus de précisions.
 
"Il ne s'agit pas de la première tentative du Kremlin de qualifier toute les choses ukrainiennes de russophobes et d'extrémistes", a réagi le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Selon le ministère, les autorités russes avaient déjà perquisitionné la bibliothèque, à la recherche de "littérature extrémiste", en 2010 et 2011.
 
"Nous appelons les autorités russes à cesser de faire pression sur le travail de la bibliothèque, qui représente un centre culturel pour une communauté ukrainienne forte de plusieurs milliers de personnes", a-t-il ajouté.
 
La bibliothèque de Natalia Charina a été créée avec l'aval des autorités minicipales de Moscou pour promouvoir la littérature ukrainienne. Elle avait plus de 6 900 ouvrages dans ses rayons en juillet 2013.
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre