Les auteurs russes interpellent Vladimir Poutine | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, avec Publishing Perspectives, le 09.05.2016 à 12h59 (mis à jour le 09.05.2016 à 13h00) Autodafé

Les auteurs russes interpellent Vladimir Poutine

Les fondations du milliardaire et philanthrope américain George Soros (ci-dessus) sont déclarées "indésirables" en Russie depuis la fin 2015. - Photo JEFF OOI/CC BY 2.5

Les écrivains russes s'inquiètent de la montée de la censure suite à l'autodafé survenu en janvier, dans le nord du pays, de livres publiés avec le soutien de la fondation Soros. Le gouvernement nie toute implication.

Le Russian Union of Writers (RWU) a adressé une pétition au président russe Vladimir Poutine le 5 mai, lui demandant d'empêcher la destruction de livres dans le pays et de clarifier si d'autres ouvrages, financés par des fonds étrangers, risquaient d'être détruits et censurés.

Si le président n'a pour l'instant pas réagi, un porte-parole du ministère de la Culture a écrit, dans un email, au Guardian : "Le ministère de la Culture russe n'est pas et n'a jamais été dans la position d'autoriser de quelconques lois ou de donner des instructions pour détruire des livres qui 'contiennent des sentiments étrangers à l’idéologie russe' comme le disent les médias de masse."

L'affaire de l'autodafé

La demande des auteurs russes intervient après un autodafé survenu en république des Komis (nord de la Russie) en janvier 2016. Le journal indépendant russe Novaya Gazeta rapportait alors que les autorités de la région avaient réduit 53 livres en cendre, et saisi plus de 500 autres ouvrages, édités grâce au soutien financier de la fondation du philanthrope et milliardaire américain George Soros. La presse indépendante russe expliquait que trois universités avaient été visées, citant une responsable de bibliothèque de l'un des établissements. Celle-ci racontait que certains livres avaient été "brûlés dans la cour" parce qu'ils étaient "étrangers à l'idéologie russe".

Dans une déclaration à Publishing Perspectives suite à la pétition des auteurs, Olga Yarilova, à la tête du département du tourisme et de la politique régionale du ministère de la Culture, explique que la demande des écrivains est complètement "infondée" puisque "les livres publiés avec le soutien de la fondation Soros n'ont pas été détruits mais simplement déplacés parmi les collections d’archives des bibliothèques régionales".

Depuis novembre 2015, le parquet général de Russie a ajouté les fondations appartenant à George Soros à la liste des ONG étrangères dont la présence est "indésirable" sur le territoire de la Russie, car elles sont suspectées d'œuvrer contre les intérêts de l'Etat. 
close

S’abonner à #La Lettre