La concentration des librairies inquiète le milieu du livre québécois | Livres Hebdo

Par Amélie Boutet, le 27.01.2017 à 15h26 (mis à jour le 27.01.2017 à 16h00) Québec

La concentration des librairies inquiète le milieu du livre québécois

Dominique Lemieux, directeur général de la LIQ - Photo DR

La coopérative des Librairies indépendantes du Québec s’inquiète des désirs de concentration des grosses entreprises qui menacent l’écosystème du livre.

La stratégie de concentration de la propriété des librairies est considérée comme "préoccupante" selon la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), qui craint que l’écosystème du livre canadien et anglais soit ravagé par ce modèle d’affaires, dans un communiqué daté du jeudi 26 janvier.

Une nouvelle étape dans la concentration de ce secteur a été franchie jeudi 26 janvier avec l’éviction de la librairie indépendante Raffin des Galeries Rive Nord de la ville de Repentigny, au profit de la chaîne Renaud-Bray qui s’installera dans ce centre commercial. Aujourd’hui, le groupe Renaud-Bray représente près de 40% des parts de marché dans la vente de livres au Québec, et compte vingt-neuf succursales sous la bannière Renaud-Bray, quinze sous la bannière Archambault, ainsi que les librairies Olivieri et Paragraphe.

"Cette concentration est plus que préoccupante, car elle constitue un risque tant pour les éditeurs, les distributeurs et les libraires, que pour les consommateurs. Renaud-Bray pourra imposer des conditions commerciales de plus en plus contraignantes, tout comme il pourra manipuler la sélection présentée en succursales, ce qui nuira directement à la diversité de l’offre aux consommateurs", expliquait Dominique Lemieux, directeur général de la LIQ.

Les librairies indépendantes font de la résistance

L'association rappelle cependant que "la situation n'est pas du tout sombre en librairie indépendante". Dans ce secteur fragile mais dynamique, les réactions positives seraient nombreuses de la part du public, qui encourage de plus en plus les librairies indépendantes. "Nous avons connu des ventes stables pour 2014 et 2015, alors que les librairies à succursales et les grandes surfaces ont subi des ralentissements marqués. Mais la coopérative Les libraires croit essentiel de réagir aux visées de Renaud-Bray et d'offrir un contrepoids à ce joueur de plus en plus vorace."

L'an dernier, 200 librairies étaient agréées au Québec et les ventes ont augmenté de 5% de janvier à novembre.
close

S’abonner à #La Lettre