Isère

La bibliothèque Alliance à Grenoble ne fermera pas

La bibliothèque Alliance à Grenoble. - Photo VILLE DE GRENOBLE

La bibliothèque Alliance à Grenoble ne fermera pas

Le projet de fermeture de la bibliothèque grenobloise, qui était programmé par la mairie pour le deuxième semestre 2017, est enterré.

J’achète l’article 1.50 €

Par Amélie Boutet,
Créé le 05.12.2016 à 18h15,
Mis à jour le 05.12.2016 à 19h00

La ville de Grenoble ne fermera finalement pas la bibliothèque Alliance, visée par un plan d’économie de la mairie. Les protestations des usagers, des bibliothécaires et du collectif "Touchez pas à nos bibliothèques”, qui avait lancé une pétition pour le maintien de trois bibliothèques grenobloises, multiplié les manifestations et les grèves en octobre 2016, ont porté leur fruit pour cette antenne de quartier qui devait fermer dans le courant de l'année 2017.

Le poumon culturel de cette partie de la ville

"Les inquiétudes portées par les usagers, les habitants et les agents ont été entendues : cette bibliothèque est l’un des poumons de cette partie de la ville, a déclaré dans un communiqué daté du 2 décembre, Eric Piolle, maire de Grenoble. Elle y joue un rôle majeur comme lieu de lecture publique et d’accès à la culture, de proximité, de partage et de lien social, fréquenté par des personnes de tous âges et de tous horizons".

Deux autres bibliothèques Hauquelin et Prémol sont concernées par le plan d’austérité et ont fermé leurs portes en septembre dernier.

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
D

Denis Bagarry

il y a 3 ans à 23 h 59

Communiqué des bibliothécaires de Grenoble en lutte Le 5 décembre 2016 Les bibliothécaires en lutte dénoncent une coquille vide : La bibliothèque Alliance n’est pas sauvée A ce jour, M. le Maire n’a pris aucun engagement, n’a fait aucune annonce publique quant au maintien, in fine, des 13 postes d’agents supprimés dans le cadre du « plan de sauvegarde » dans le service des bibliothèques. Comment lutter contre un plan com’ ? Nous, les bibliothécaires de Grenoble, dénonçons depuis le début de notre mouvement social les effets de langage de la municipalité. M. le Maire, est-ce devenu si compliqué pour vous d’utiliser le langage commun ? Nous ne parlons pas d’un « lieu culturel », d’un point livre, d’un « Tiers-lieu adossé », d’un « projet précurseur du service public de demain », dont on ne sait quelle réalité ces termes recouvrent. Nous parlons d’une bibliothèque avec son personnel pour la faire fonctionner. Nous ne parlons pas de « maintien de professionnels », une formule floue bien pratique, mais de 13 emplois de bibliothécaires. Nous rappelons que le « plan de sauvegarde », ce n’est pas une « refondation », un « nouveau maillage », « une transformation », mais 150 postes d’agents publics, titulaires ou non titulaires supprimés. De l’emploi en moins, des services en moins pour les grenoblois. Nous tenons à préciser qu’aucun des agents des bibliothèques n’a été informé de cette tractation, pas même la Direction des bibliothèques, qu’on a semble-t-il jugé suffisant d’informer la veille, ni les agents de l’Alliance qui l’ont appris vendredi 2 décembre à 14 h, comme tout le monde. Nous sommes consternés de voir les effets délétères (mal être, souffrance, tensions, etc.) de ces annonces abruptes sur l’ensemble du personnel. Nous sommes ouverts au dialogue, mais dans un discours de vérité. Nous sommes ouverts au dialogue dans le cadre des instances prévues à cet effet. Avec l’intersyndicale CGT/Sud/FO/CNT, les agents ont passé des heures, depuis juin, dans le cadre des Comités Techniques, puis des réunions préalables aux préavis de grève, à tenter de sauver leur service et les missions de service public. Nous nous sommes confrontés à l’éternel refus catégorique, porté par l’adjointe au personnel, de tout changement des décisions prises dans le cadre du « plan de sauvegarde », à savoir la fermeture de 3 bibliothèques et la suppression de 13 emplois. Nous étions encore là aujourd’hui, ce 5 décembre, dans le cadre d’une réunion préalable au préavis de grève, avec nos revendications, inchangées depuis juin, du maintien des 13 postes des agents de bibliothèques et du maintien du réseau des 14 bibliothèques de lecture publique de proximité. Réponses de la municipalité : - « Pas de réouverture des bibliothèques Prémol et Hauquelin » ; - « Maintien de l’ouverture de la section jeunesse à la bibliothèque Kateb Yacine sans postes supplémentaires » ; - « Alliance ne sera pas la bibliothèque telle qu’elle existe aujourd’hui, il y aura moins de postes » ; Dans le cadre de cette réunion, la mairie a quand même reconnu que « la mobilisation a été un élément pris en compte. » Nous continuons donc notre mouvement et serons en grève mercredi 7 décembre, une Assemblée Générale du personnel se tiendra dans la matinée. Nous tiendrons, une conférence de presse à 12h, mercredi 7 décembre, devant la bibliothèque Eaux-Claires Mistral, 49 rue des Eaux-Claires, 38100 Grenoble.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités