Japan Expo 2018: une édition réussie pour les éditeurs | Livres Hebdo

Par Maïa Courtois, le 10.07.2018 à 11h40 (mis à jour le 11.07.2018 à 16h52) Manga

Japan Expo 2018: une édition réussie pour les éditeurs

Sur le stand Kurokawa de la Japan Expo 2018 - Photo OLIVIER DION

L’édition 2018 de la Japan Expo a été un succès pour les éditeurs, qui affichent tous une progression de leurs ventes par rapport à l’an passé. Parmi leurs meilleurs titres, des attendus, mais aussi quelques surprises dues à un élargissement du public, et à la dynamique des rencontres avec les auteurs.

La demi-finale de la Coupe du Monde de football n’aura pas eu raison de l’édition 2018 de la Japan Expo. "Nos deux thèmes cette année étaient le space opera, et les 160 ans de relation diplomatique avec le Japon. Nous l’avons fait pour nous, on ne savait pas du tout si ça allait attirer… Mais ça a très bien marché", s’étonne presque Thomas Sirdey, cofondateur de la Japan Expo. Une visibilité croissante pour le Japon, et une "acception grand public, au-delà de la simple pop culture", encourage selon lui à cette plus grande amplitude du festival.

Grégoire Hellot, directeur de collection chez Kurokawa, abonde dans le même sens: "On rencontre un public plus familial que l’an dernier: on le voit avec les ruptures de stock sur certains Pokemon, ce qui n’était pas le cas les années précédentes". Malgré le match de football France-Uruguay en plein après-midi, "Le vendredi, on a plus vendu que l’année dernière. On pensait qu’on serait en baisse à cause du foot, mais non !", précise-t-il. "On était vraiment dans une bulle, c’était agréable". La maison d’édition parle d’une "très bonne année" et d’un chiffre de ventes plus élevé que l’édition passée. Parmi leurs meilleures ventes, quelques bonnes surprises comme Les Héros de la Galaxie: un space opera lancé pour la Japan Expo, un genre "pourtant pas forcément facile à vendre"
 
Les éditeurs unanimes sur la progression de leur vente
 
Sans avoir encore les chiffres définitifs, Thomas Sirdey note une progression de la fréquentation par rapport à 2017, avec un "très beau jeudi, bien mieux que l’an passé" et malgré "des arrivées le vendredi un peu difficile, sans doute à cause des grèves". Le discours est unanime du côté des éditeurs: les ventes ont encore progressé cette année. Delcourt annonce 200000 euros de vente, contre 175000 euros en 2017, et 150000 en 2016. Pour Kana, le bilan est également très positif, avec un chiffre de ventes en progression de 20% par rapport à 2017. Nicolas Ducot, directeur commercial de la filiale de Média-Participations, parle d’un "très bon cru, vraiment mieux que 2017". Les animations mises en place y sont pour beaucoup. Leur "escape game" inspiré de Moriarty a permis de booster les ventes du tome 1 de la série à plus de 1500 exemplaires. Une réussite pour Kana, qui donne un chiffre de ventes similaire pour le tome 7 de Fire Force, dont le mangaka Atsushi Ohkubo était présent sur leur stand et "n’arrêtait pas de dédicacer".
 
Chez Glénat Manga, la directrice éditoriale Satoko Inaba souligne le succès du premier tome Dr. Stone, paru en avril dernier, "qui rejoint One Piece et Dragon Ball dans les meilleures ventes." Mais elle note aussi "un attrait du public pour l’espace consacré aux mangakas français, grâce notamment à la présence des auteurs que les lecteurs ont été heureux de rencontrer". Même constat chez Pika: la venue du mangaka made in France Romain Lemaire sur le stand a permis le "joli démarrage" de sa série Everdark, juge sa directrice générale Virginie Daudin-Clavaud. L'éditeur avance une progression des ventes de 10% par rapport à l’édition 2017. "Il y a un renouvellement des lecteurs, avec, au-delà du phénomène des habitués, autant de personnes qui n’étaient jamais venues à la Japan Expo et découvraient le Salon. C’est un ressenti très positif", se réjouit-elle. "L’événement: c’est ce que vient chercher le public de la Japan Expo".
close

S’abonner à #La Lettre