Ecrivains et éditeurs se mobilisent pour la réforme du droit d'auteur | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 25.03.2019 à 17h32 (mis à jour le 25.03.2019 à 21h00) Europe

Ecrivains et éditeurs se mobilisent pour la réforme du droit d'auteur

Pierre Dutilleul (DG SNE), Pierre Moscovici (commissaire européen) et Vincent Montagne (président du SNE) soutenant la directive "Droits d'auteur" lors de Livre Paris 2019. - Photo OLIVIER DION

Plus de 170 artistes et professionnels du livre ont signé, le 23 mars dans le JDD, une tribune en faveur du projet de directive relative au droit d’auteur dans le marché unique numérique, sur laquelle les députés européens sont appelés à voter mardi 26 mars.

A deux jours du vote de la directive sur le droit d’auteur dans le marché numérique au Parlement européen, mardi 26 mars, plus de 170 artistes et professionnels du livre ont signé une tribune, dimanche 24 mars dans le JDD. Ce vote constitue un "moment historique" selon la Société des Gens de Lettres (SGDL), qui rappelle dans un communiqué que ses conséquences "seront déterminantes pour l’avenir de la création en Europe (…) et notamment dans le secteur du livre".

Parmi les signataires de la tribune, on retrouve l’ancienne ministre de la Culture, Françoise Nyssen et son mari, Jean-Paul Capitani, P-DG d'Actes Sud, le directeur général du Syndicat national de l’édition, Pierre Dutilleul, et de nombreux auteurs français parmi lesquels Pierre Lemaitre, Sophie Chauveau, Laurent Gaudé ou Viviane Moore.

Important lobbying des Gafa
 
En discussion depuis trois ans, le texte qui cible "les plateformes de diffusion et de contenus culturels",  auxquels les professionnels du livre reprochent, comme le rappelle la SGDL, de "capter des recettes astronomiques à leur profit issues de l’exploitation de leurs œuvres (…) sans contribuer en retour au financement de la création", fait l’objet depuis des années de nombreuses campagnes de lobbying, notamment de la part des Gafa.

Le vote de la réforme du droit d’auteur devrait reconnaître aux auteurs "une rémunération appropriée et proportionnée en contrepartie de l’exploitation des œuvres", précise la SGDL. Les auteurs pourraient aussi avoir la possibilité de renégocier leur rémunération en cas de succès commercial et de recourir plus souvent à des licences d’exploitation. Des mesures qui constituent  "une avancée significative" pour les artistes et auteurs.
close

S’abonner à #La Lettre