Bibliothèques

Congrès de l'ABF : qui sont les nouveaux bibliothécaires ?

Photo OLIVIER DION / LH

Congrès de l'ABF : qui sont les nouveaux bibliothécaires ?

A l'occasion du 60ème congrès de l'ABF vendredi, trois intervenants ont débattu sur l'innovation et les nouveaux profils des bibliothécaires.

J’achète l’article 1.50 €

Par François Oulac,
Créé le 20.06.2014 à 19h30,
Mis à jour le 20.06.2014 à 20h00

Quatre profils intervenants pour quatre visions, ainsi peut-on résumer la discussion ouverte qui a eu lieu, vendredi matin au 60ème congrès de l'ABF, sur les nouveaux profils et les nouvelles représentations des bibliothécaires. Avec, en filigrane, la même problématique : comment s'adapter aux nouveaux usages du livre ?

Pour la première intervenante Valérie Barbage, directrice de la médiathèque de la Madeleine (près de Lille), les bibliothécaires doivent répondre à de nouvelles exigences : "ouverture, transversalité, univers, et un grain de folie". Ainsi, la médiathèque de la Madeleine, ouverte l'an dernier, compte dans ses équipes des employés issus de la librairie, des jeux vidéo, de l'animation et des musées. "Ce choix de recrutement est vraiment important, explique Valérie Barbage, il permet de mutualiser des connaissances et une émulation dans les idées".

"D'une culture de l'imprimé à un métier de service"

"Les métiers sont en train de changer", remarque François Cavalier, directeur de la bibliothèque de Sciences Po. "On est passé d'une culture de l'imprimé et de la collection à un métier de service. Il faut donc arrêter certaines tâches pour en commencer d'autres, faire des choix." La sortie des murs, la visibilité et le marketing sont aussi des éléments clés, pour le directeur. Il faut aussi s'adapter aux nouveaux usages de la bibliothèque et aux nouvelles pratiques des universités, selon François Cavalier, pour qui "la densification du temps universitaire, due au raccourcissement des semestres, rend les lecteurs pressés et mobiles". Sans oublier, bien sûr, l'invasion du numérique, qui transforme profondément les habitudes de consommation du livre.

Cette révolution numérique est un enjeu central pour le Néerlandais Eppo Van Nispen Tot Sevenaer, directeur général de la FPCLN (Fondation pour la promotion collective du livre néerlandais), qui a exposé son idée du "next level bibliothécaire" ("bibliothécaire du futur"). Selon lui, la nouvelle génération de lecteurs est principalement façonnée par la crise économique de 2008, la technologie et les réseaux sociaux. Internet a opéré une transition culturelle, de la "possession à l'accès libre" à des livres devenus dématérialisés. Une vision qui s'oppose à la culture du bibliothécaire, qui signifie abonnements et livres physiques.

Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
M

Marie

il y a 6 ans à 18 h 39

"Quatre profils intervenants pour quatre visions" : Valérie Barbage, François Cavalier et Eppo Van Nispen Tot Sevenaer... ça fait 3 !


p

Mathilde

il y a 6 ans à 16 h 56

Bibliothécaire est en priorité un métier de médiateur. Le numérique amplifie cette donnée de base. Le BBF, rubrique contributions, présente un article Ouvrir pour faire société : la bibliothèque reprogrammée inspiré par la pétition Ouvrons + les bibliothèques. L’ouverture des bibliothèques samedi et dimanche soit au moins 70h par semaine est un véritable enjeu de société car, discrètement, les bibliothèques répondent plus aux problèmes sociétaux qu’elles n’en posent. Ouvrir plus largement la bibliothèque représente l’acte I de la reconquête des publics, de sa reprogrammation comme l'un des lieux de transformation des informations en savoirs . Alma Mater de la société de l’information ? Louis KLEE


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités