Chanson douce et Sympathie pour le diable: l'enfer au cinéma | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 26.11.2019 à 11h30 (mis à jour le 26.11.2019 à 20h05) Cinéma

Chanson douce et Sympathie pour le diable: l'enfer au cinéma

Karin Viard dans "Chanson douce". - Photo DR

Les adaptations des romans de Leïla Slimani, Chanson douce, et Paul Marchand, Sympathie pour le diable, sortent en salles, aux côtés de Gloria Mundi, de Robert Guédiguian, avec Ariane Ascaride, et de Last Christmas, inspiré par les chansons de George Michael.

Trois ans après son prix Goncourt, le roman de Leïla Slimani Chanson douce sort dans 300 salles de cinéma ce 27 novembre. Réalisé par Lucie Borleteau, ce drame autour d'un infanticide réunit Karin Viard dans le rôle de la nounou, Leïla Bekhti et Antoine Reinartz dans celui du couple qui l'engage.

Le récit imaginé par l'écrivaine est globalement respecté, hormis le prologue. Dans la version cinématographique, le scénario fait parler la mère sur les bonheurs et les malheurs d'être mère. Avant que l'histoire ne s'élance. Les lecteurs du best-seller n'auront aucune suprise et ceux qui ne l'ont pas lu seront sans doute tentés de lire ce livre, qui parvient à faire passer plus de nuances psychologiques et de critiques sur la société.
 

Karin Viard a porté le projet, souhaitant très vite incarner cette femme seule qui voudrait être un membre permanent de cette famille bobo parisienne. A l'origine Maïwenn (Polisse) devait le réaliser. Elle est toujours créditée au générique. Le scénario final a été écrit par la réalisatrice et Jérémie Elkaïm (La guerre est déclarée).

Le roman, par ailleurs récompensé par le Grand prix des lectrices de Elle 2017 (catégorie roman) et le British Book Awards 2019 (meilleur premier roman), est toujours disponible chez Galliamrd, en grand format, en poche (Folio), en version audio (collection "Ecoutez lire", lu par Clotilde Courau) et en numérique ainci qu'en grands caractères (A vue d'œil). Tous formats confondus, il s'est vendu à plus de 850000 exemplaires.
 

Les autres sorties du 27 novembre

- Gloria Mundi de Robert Guédiguian. Prix d'interprétation féminine au Festival de Venise, Ariane Ascaride retrouve la troupe de son mari-cinéaste pour filmer une société entre précarité et ubérisation. En mars 2018, la comédienne avait sorti aux Editions de l'Observatoire, Une force et une consolation, livre entretien avec Véronique Olmi sur sa relation avec la littérature. Les éditions de l'Atelier avait publié il y a un an Guédiguian, par Christophe Kantcheff, rétrospective illustrée de la carrière du réalisateur à travers un entretien et des thématiques.

- Sympathie pour le diable de Guillaume de Fontenay. Ce polar multi-récompensé, avec Nils Schneider, est l'adaptation du livre éponyme de Paul Marchand (1961-2009), paru chez Florent Massot en 1998 et disponible depuis la semaine dernière dans une réédition chez Stock, avec une préface de Manuel carcassone.

- Last Christmas de Paul Feig. Mélo et romantique, ce film autour d'une Bridget Jones un peu paumée est scénarisée par Emma Thompson qui s'est amusée à ponctuer le récit de références aux chansons de George Michael. La pop star défunte a fait l'objet d'un beau livre illustré de David Nolan, George Michael: 1963-2016, paru en septembre 2017 (Editions de l'Imprévu). A noter que son compère de Wham!, Andrew Ridgeley, vient de publier en octobre son autobiographie, Wham! George & Me chez Michael Joseph.
 
close

S’abonner à #La Lettre