BAnQ: les briseurs de grève déboutés | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 17.08.2018 à 13h58 (mis à jour le 18.08.2018 à 13h19) Bibliothèque

BAnQ: les briseurs de grève déboutés

La bibliothèque et archives nationales du Québec. - Photo VINCY THOMAS/LH

Dans une décision rendue le 10 août, le tribunal administratif du travail a donné raison aux professionnels de l’institution qui reprochaient à deux cadres d'avoir travaillé lors de la journée de grève du 3 juillet.

En grève le 3 juillet 2018, les professionnels de la bibliothèque et archives nationales du Québec (BAnQ) ont finalement obtenu gain de cause contre les briseurs de grève.

Dans une décision rendue le 10 août, le tribunal administratif du travail (TAT) a donné raison à la plainte du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) qui contestait le travail de deux cadres de l’institution "qui ont prodigué des services aux usagers habituellement exécutés par des bibliothécaires" lors de la journée de grève, précise un communiqué du SPGQ.
 
"Ces cadres ont été embauchés après le 31 mars 2015, date marquant le début de la phase de négociation du personnel professionnel et la fin de la dernière convention collective des professionnels de BAnQ", souligne le communiqué.

Dans un nouvel appel à la grève, qui s’est finalement déroulée le 14 août, le syndicat rappellait que les professionnels de la bibliothèque étaient "toujours en attente d’une convention collective".

Constitué par une majorité de femmes, le personnel en grève dénonçait non seulement des offres salariales "inférieures aux conditions octroyées aux mêmes corps d’emplois dans la convention de la fonction publique", mais aussi des "des écarts salariaux importants, pour des professions identiques, avec d’autres organismes gouvernementaux à prédominance masculine".
 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre