Francfort 2019

« Traduire de la littérature, c’est fondamental pour le rapprochement des cultures, et nous sommes aux Etats-Unis  le premier éditeur de textes traduits d’une quarantaine de pays » déclare Gabriella Page-Fort, responsable d’Amazon Crossing, lors d’une conférence organisée sur le stand du groupe, à la foire de Francfort.
 
Depuis son lancement en 2010, la marque a publié plus de 400 titres, dont 37 issus du français. Trois autres sont à paraître d'ici à la fin de 2019 et de 2020, selon le service de presse. Amazon Crossing publie notamment Marc Lévy depuis 2017, et a traduit quatre de ses titres, ce qui en fait l’un des auteurs français les plus publiés par la maison.
 
Toujours en tête des meilleures en France, l’auteur a rencontré moins de succès aux Etats-Unis lors de ses précédentes traductions, mais chez Amazon Crossing ces quatre titres ont réunis plus de 700 000 lecteurs, indique le service de presse. « Nous souhaitons qu’il reste. Nous nous attachons à bâtir sa marque aux Etats-Unis, et il peut avoir accès à l’ensemble du marché anglo-saxon avec nous » souligne Gabriella Page-Fort, elle-même ancienne traductrice.
 
Issue de l’autoédition sur Kindle Direct Publishing, Alice Quinn a également quatre de ses titres traduits chez Amazon Crossing, qui puise d’autres auteurs dans la plateforme de publication maison (Amélie Antoine, Aurélie Valognes, Jacques Vandroux, etc., maintenant aussi repris en France par des éditeurs traditionnels). A Francfort, le stand d’Amazon est installé dans le hall 3, celui des éditeurs allemands, mais aussi le lieu de la promotion que la foire organise autour de l’autoédition.

Une imprtante production d'auteurs français
 
La marque de traduction du groupe (implantée aussi en France depuis 2014 avec le même objectif d’accueil de titres d’autres langues) ne fonctionne pas qu’en circuit fermé : outre Marc Lévy, elle a publié aussi Thierry Cohen (Plon), Michel Quint (Rivages noir, entre autres), Pierre Grimbert (Mnémos, SF), et va également chercher des écrivains de la francophonie, tels Tierno Monémembo (Seuil), ou Johary Ravaloson (Dodo vole), le dernier à paraître en novembre.
 
Les traductions sont issues de 26 langues, les plus représentées étant l’allemand et l’espagnol. Les langues scandinaves sont aussi très présentes, l’une des éditrices en étant spécialiste. « Amazon est bien le premier éditeur de littérature étrangère aux Etats-Unis, et la marque rémunère correctement ses traducteurs » a constaté Pierre Astier, cofondateur de l’agence Astier-Pécher.
 
« En début d’année, nous avons lancé aussi une collection jeunesse, Amazon Crossing Kids » annonce la responsable de ce département, qui compte trois éditrices à Seattle. Aux Etats-Unis, Amazon publie en moyenne 1000 livres par an sous 16 marques, aussi diffusées en librairies dans leur version imprimée.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités