Juergen Boos: "Le streaming a dominé cette édition de la foire de Francfort" | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 18.10.2019 à 18h20 (mis à jour le 18.10.2019 à 19h00) Francfort 2019

Juergen Boos: "Le streaming a dominé cette édition de la foire de Francfort"

Juergen Boos - Photo OLIVIER DION

Le patron de la 71e Foire internationale du livre de Francfort se félicite de la bonne tenue des cessions de droits, boostées d'après lui par le streaming grâce à la présence de Netflix mais aussi des différents acteurs du livre audio.

Quel bilan tirez-vous de la foire, cinq jours après son ouverture ?
Cette foire ressemble à un kaléidoscope qui change de couleur à chaque édition. Cette année, grâce à l’invitation de la Norvège, nous avons obtenu un autre type de visibilité, notamment à travers la couverture des tabloïdes, très intéressés par la venue de la princesse héritière Mette-Marit. Le nombre de cessions du norvégien à l’allemand a par ailleurs augmenté.

Nous sommes aussi très satisfaits de la fréquentation dans le nouvel espace dédié au livre audio. D’après mon équipe, 10% des personnes qui sont passées le visiter étaient allemandes tandis que 90% provenaient d’autres pays, c’est un succès.

La présence de la vice-présidente de Netflix, Kelly Luegenbiehl, s’est également soldée par trois adaptations en séries. Le streaming a dominé cette édition, qu’il s’agisse d'adaptations à l'écran comme des téléchargements de livres audio.

Y a-t-il eu des évènements politiques inattendus pendant la foire ?
Les éditeurs catalans ont décidé d’annuler jeudi soir leur cocktail en signe de protestation contre la décision de justice annoncée cette semaine en Espagne. Mais il n’y a pas eu de mauvaise ambiance avec les éditeurs espagnols, l’entente commune est bonne. Par ailleurs, des manifestants kurdes ont marché depuis la gare jusqu’à la foire, tous les soirs à 17h, mais ils n’ont jamais créé de perturbations.

Quels sont les prochains travaux qui vont affecter la foire?
Les éditeurs internationaux du pavillon 5, dont la France, seront au pavillon 4 l’an prochain, au même niveau. Les pays voisins resteront les mêmes.

Les éditeurs jeunesse ont eu l’impression de voir moins de partenaires chinois. Le gouvernement chinois, d'après vous, met-il des barrages aux importations de livres en ce moment  ?
Il s’agit d’une rumeur qui a surgi en août. Il n’y a pas de baisse des importations en Chine, nous avons cherché à vérifier ceci auprès de notre bureau à Pékin qui nous a assuré le contraire.
 

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre