Actes Sud fait revivre un film inachevé de Carné et Prévert | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 13.06.2019 à 19h13 (mis à jour le 14.06.2019 à 18h15) Rentrée littéraire 2019

Actes Sud fait revivre un film inachevé de Carné et Prévert

Extrait de la couverture "L'île des enfants perdus" avec Anouk Aimée - Photo ACTES SUD

La dernière collaboration entre Marcel Carné et Jacques Prévert a donné lieu à un film... inachevé. Depuis 1947, il ne reste rien de ce film hormis des photos. L'historien Nicolas Chaudun a décidé de le faire ressurgir dans un essai à paraître le 4 septembre.

Le 4 septembre, Actes sud publiera L'île des enfants perdus de Nicolas Chaudun. Cet ouvrage particulier aborde un film inachevé sans explications rationnelles, devenant une légende parmi les cinéphiles. C'est l’un des plus grands mystères de l’histoire du cinéma, à la fois film maudit, chef-d’œuvre qui a sombré, objet de la rupture entre Carné et Prévert... Carole Aurouet, spécialiste de Prévert, avait écrit de dossiers sur le sujet, jusqu'à l'évoquer dans Le Cinéma dessiné de Jacques Prévert (Textuel, 2012)

Il s'agissait du dixième long métrage de Marcel Carné, et de sa huitième collaboration avec Jacques Prévert. Ensemble, ils ont déjà signé Drôle de drame, Quai des brumes, les visiteurs du soir et Les portes du Paradis.

Ce film, tourné en 1947 à Belle-Île-en-Mer, rebaptisé La Fleur de l’âge est inspiré de la mutinerie survenue en 1934 dans le bagne d’enfants de l'île. Serge Reggiani, Arletty,  dont ce devait être le retour sur le grand écran, Martine Carol et la jeune Anouk Aimée étaient au générique. La moitié du film avait été tournée. Une partie seulement était montée.

Un documentaire et un beau-livre

Pourtant, il ne reste rien de ce film hormis quelques clichés de plateau d'Emile Savitry, qu'on retrouve dans Emile Savitry. Un récit photographique publié chez Gallimard en 2013. Comme pour L'île des enfants perdus, ce beau-livre avait déjà utilisé comme couverture le visage d'Anouk Aimé photographiée sur le tournage.

Nicolas Chaudun a décidé de raconter cette épopée, "à la recherche des bobines mystérieusement disparues", en rencontrant Anouk Aimée, et en enquêtant sur ce cinéma français dont ils étaient les rois lors de l'âge d'or, traversant les années troubles de l'Occupation, mais n'échappant pas à celles de l'Epuration...

Éditeur d’art, documentariste et écrivain, chroniqueur sur la chaîne Histoire, Nicolas Chaudun a publié chez Actes Sud une biographie du baron Haussmann (Haussmann, Georges-Eugène, préfet-baron de la Seine), un récit de voyage (Le promeneur de la Petite Ceinture), un beau-livre (La majesté des centaures : le portrait équestre dans la peinture occidental) et des récits historiques (L’Été en enfer: Napoléon III dans la débâcle, Le Brasier).

Le film a inspiré un documentaire, Carnet de naufrage, histoire d'un film disparu, de Claudine Bourbigot et Elisabeth Feytit (2004), mentionné comme Film Marquant de l’année 2005 à la BNF.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre