Une disparition inquiétante avec "Fleuve noir" | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 17.07.2018 à 16h36 (mis à jour le 17.07.2018 à 17h00) Cinéma

Une disparition inquiétante avec "Fleuve noir"

Vincent Cassel dans "Fleuve noir"

Un polar sur un enfant disparu, adapté d'un roman israélien, et un drame sur les thérapies de réorientation sexuelle, transposé d'un livre jeunesse américain, sortent au cinéma le 18 juillet en France.

Erick Zonca n'avait pas tourné pour le cinéma depuis dix ans (Julia). Le réalisateur de La vie rêvée des anges adapte ici un roman israélien de Dror Mishani, conseillé par ses amis libraires, Une disparition inquiétante. Ce polar est la première enquête du commandant Avraham.

Au cinéma, le film est réintitulé Fleuve noir et le flic est renommé Visconti. "Je savais qu’il faudrait changer la figure du policier, dans le roman il s’agit du commissaire Avraham, mais j’aimais qu’il y ait face à lui ce personnage de professeur qui se rêve romancier, et trouve dans la disparition de son jeune élève un fantasme d’écriture, et de puissance. Un raté qui dérape et qui donne, dans la noirceur, un peu de fantaisie à l’histoire. J’aimais aussi la façon dont il fait involontairement éclater la vérité" explique le cinéaste dans le dossier de presse.

Fleuve noir est l'histoire de parents qui perdent le contrôle. Un flic (Vincent Cassel) au bout de sa vie et alcoolique qui n'a pas le contrôle sur son jeune fils dealer. Une mère (Sandrine Kiberlain) qui s'inquiète de la disparition de son fils, tout en gérant sa fille handicapée. Un professeur (Romain Duris) qui fuit sa vie de famille, depuis l'arrivée du bébé tout particulièrement. L'enquête révèle secrets et mensonges que chacun conserve en soi, quitte, avec de mauvais instincts, des pulsions mal contrôlées et des ambiguïtés qui tendent au malentendu, à conduire la police sur de fausses pistes pour retrouver l'adolescent disparu.
 

Ecoulé en France à plus de 60000 exemplaires, le roman policier de Dror Mishani, traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz, est paru au Seuil en 2014. Il vient d'être réédité par Points en format poche, fin juin, avec l'affiche du film en couverture. Il avait d'ailleurs reçu le Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2015. L'auteur a depuis publié deux nouvelles enquêtes: La violence en embuscade (2015) et Les doutes d'Avraham (2016).
 

Et aussi: Come as you are

The Miseducation of Cameron Post est le premier roman de Emily M. Danforth, paru aux USA en 2012 chez Balzer + Bray (HarperCollins). Il est inédit en France. L'auteure jeunesse, qui aborde à la fois les thèmes de l'adolescence et les problématiques liées à des personnes LGBT, est Professeurs de littérature et d'écriture. Au cinéma, l'adaptation de Desiree Akhavan a été renommée pour la France Come As You Are. Grand prix du jury au Festival de Sundance, il s'agit de l'histoire de jeunes garçons et de jeunes filles attirés par des personnes du même sexe, et placés dans un institut religieux promettant une thérapie de conversion, les réorientant sexuellement.



 

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre