Paris

Un trio d'amis pour la nouvelle librairie Le pied à Terre

Photo FACEBOOK LE PIED À TERRE

Un trio d'amis pour la nouvelle librairie Le pied à Terre

Thibault, Lucie et Julien, trois amis de longue date, ont ouvert mardi 22 septembre une nouvelle librairie indépendante, Le pied à Terre, en plein cœur du 18e arrondissement de Paris.

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 25.09.2020 à 16h39,
Mis à jour le 25.09.2020 à 17h00

Un trio d’amis a décidé de réaliser leur rêve : créer ex nihilo une librairie dans le 18e arrondissement de Paris. Pari tenu pour Lucie Elpe, Thibaut Willems et Julien de la Panneterie après l’ouverture le 22 septembre de la librairie Le Pied à Terre, situé 9 rue Custine, à proximité du métro Château-Rouge. Avec ses deux salles et une décoration entièrement boisée, l’établissement invite les lecteurs à découvrir la littérature dans un cadre sobre et épuré. Rencontre avec ces nouveaux libraires.

L’origine du trio

C’est venu de multiples discussions autour de verres. Il s'agissait de faire une librairie généraliste gérée par ce petit collectif que nous formons à trois. Ça fait longtemps que l’on se côtoie: on est tous dans le milieu du livre comme libraire ou éditeur. On partageait une vision commune de ce que pouvait être un lieu. On est ensuite arrivé à un moment de notre vie où on avait confiance en nous,  avec une envie d’indépendance et une envie de se réinventer ensemble. C’est-à-dire que l’on s’est retrouvé autour de notre passion et on voulait essayer de créer un lieu qui nous ressemble. 
 
C’était la meilleure manière de renouveler nos métiers, nos carrières professionnelles, de leur donner cette teinte là de quelque chose qui nous ressemble plus. Tout ce projet vient d’un désir qui est là depuis très longtemps. Il faut juste arriver au bon moment dans sa vie pour le réaliser.

Pourquoi le nom Le pied à Terre ?
 
C’est un monde ou on se ressource, se repose où on se renouvelle. C’est un peu ça Le Pied à terre. En tout cas, on l’envisage comme un lieu où les gens peuvent trouver diverses propositions. C’est un lieu ressource, qui est censé permettre de se réinventer, de se renouveler, de se laisser surprendre, de reprendre sa respiration.  Il y a notion de refuge dans le pied à terre. C’est un lieu qu’on traverse. Il porte la notion de lieu commun et aussi d’ancrage. L’idée c’était de faire du quartier de Château-Rouge, un point de repère.

Le financement
 
Nous avons été très aidés. D'abord par l'ADELC, l’association pour le développement de la librairie de création, qui nous a généreusementsuivi. Le Centre National du Livre (CNL) et la DRAC nous ont aussi soutenus. Pour notre contribution personnelle, nous avons souhaité participer au projet. À trois, notre budget personnel équivaut à un tiers du budget de création.  Evidemment, notre projet n'aurait pas pu émerger sans l'aide d'une banque. Et derrière le projet, il y a surtout notre groupe d'amis, qui sont des soutiens indispensables.

Ce qu'on y trouve
 
Aujourd'hui, il y a 12000 livres. On devrait arriver dans les mois qui viennent autour de 14000, voire peut-être 15000 références. Pour notre offre, on se veut être véritablement généraliste, avec une importante part de littérature. On essaye surtout, avec notre stock, d'avoir un fonds sans forcément miser sur la nouveauté. Nous souhaitons être une librairie, qui fait attention à l'édition de création, tout en n'ignorant pas les livres les plus vendus. On veut que tout le monde se retrouve dans ce petit pied à terre. 
 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités