Un écrivain chinois contestataire condamné à de la prison | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, avec AFP, le 25.02.2015 à 15h50 (mis à jour le 25.02.2015 à 17h09) Censure

Un écrivain chinois contestataire condamné à de la prison

Tie Lui. - Photo DR

Tie Lui, écrivain chinois octogénaire et contestataire du régime, a été condamné mercredi 25 février à de la prison avec sursis et à une lourde amende par un tribunal de la province du Sichuan dans le sud-ouest de la Chine.

Alors que Pékin durcit sa répression des voix dissidentes, un écrivain chinois de 81 ans, Tie Liu, critique de longue date du régime, a été condamné mercredi 25 février par un tribunal de Chengdu dans la province de Sichuan (sud-est) à de la prison avec sursis et à une lourde amende de 30000 yuans (4300 euros), sous le chef d’accusation de "gestion d'une entreprise illégale", a confié à l'AFP son avocat Liu Xiaoyuan qui a dénoncé un "procès indigent". Selon son épouse, cette condamnation s'expliquerait par un récent essai de l'écrivain, où il critique le chef de la propagande du régime, Liu Yunshan.

Tie Lui avait déjà passé 20 ans dans les camps de rééducation pour "droitiers" après s'être opposé à Mao Tsé-toung, le fondateur du régime, en publiant des mémoires interdits par la censure. Il avait cependant été réhabilité dans les années 1980. En septembre 2014, l'intellectuel octogénaire a été arrêté à son domicile de Pékin et placé en détention pour avoir "cherché querelle et suscité des troubles" - motif fallacieux régulièrement utilisé ces derniers temps pour museler intellectuels et internautes critiques du Parti communiste. Son ordinateur et ses livres avaient été confisqués.

L'arrestation de l'écrivain avait suscité de vives condamnations d'associations internationales, dont le PEN américain, qui avait demandé sa libération immédiate. Depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, une vague de répression s'est abattue sur les milieux intellectuels et dissidents. Des dizaines de journalistes, avocats, militants des droits de l'homme ou blogueurs sur l'internet ont été emprisonnés ou intimidés.
close

S’abonner à #La Lettre