Un collectif pour la bibliothèque du féminisme | Livres Hebdo

Par Véronique Heurtematte, le 01.09.2017 Paris

Un collectif pour la bibliothèque du féminisme

Les syndicats s’inquiètent de voir les collections de la bibliothèque Marguerite-Durand rejoindre la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. - Photo MARC VERHILLE / MARIE DE PARIS

Syndicats, salariés et usagers devraient se rassembler pour créer, en septembre, un collectif de défense de la bibliothèque Marguerite-Durand (BMD), à Paris. Fondé en 1932 à partir des collections léguées à la Ville de Paris par la journaliste féministe Marguerite Durand, cet établissement est actuellement situé dans les locaux de la médiathèque municipale Jean-Pierre-Melville. Mais la Direction des affaires culturelles de la capitale a confirmé cet été une information qui circulait depuis plusieurs mois déjà : à l’occasion des travaux qui devraient démarrer à l’été 2018, la médiathèque Melville sera redéployée sur l’ensemble du bâtiment. La BMD, quant à elle, rejoindra la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP). Cette annonce a déclenché un mouvement de protestation et des inquiétudes, notamment sur les conditions d’intégration des collections. Selon les syndicats, la BHVP n’aurait pas la place pour stocker les importantes collections de la BMD constituées de 45 000 livres, 1 100 titres de périodiques, 5 000 dossiers documentaires, 4 500 lettres, un fonds iconographique de 3 500 cartes postales, 4 200 photographies et 1 000 affiches, ainsi qu’une trentaine de fonds d’archives. Un grand nombre de documents devront être conservés dans un entrepôt distant, entraînant des délais de communication pour les lecteurs. "La BMD n’est pas un fonds mort mais une bibliothèque vivante qui s’enrichit en achetant régulièrement la production courante et des documents patrimoniaux", expliquent les protestataires.

Du côté de la mairie, on affirme que l’objectif est de mieux valoriser ces collections et de les rendre plus accessibles (la BHVP est ouverte 48 heures par semaine, contre seulement 20 heures actuellement à la BMD), et on assure que le budget de la bibliothèque et son équipe seront maintenus, et que les collections seront majoritairement installées sur place. Seule une petite partie sera stockée à distance, avec la possibilité de commander les documents à l’avance avec le lancement d’un programme de numérisation. "La BHVP possède aussi des fonds sur l’histoire des femmes, c’est une occasion unique de donner une cohérence à l’ensemble de ces collections, affirme notre interlocuteur à la mairie. Tout a été fait pour que l’impact de ce déménagement sur les lecteurs soit quasi inexistant."Véronique Heurtematte

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre